Archives

L’observateur silencieux

Qui donc est l’observateur silencieux en nous et où se cache-t-il ? Qui est cet observateur qui regarde avec nos yeux, écoute au travers de nos oreilles ? Cet observateur silencieux et bienveillant qui est là, omniprésent quand bien même nous l’ignorons ! Où, sinon dans le plus profond du coeur, dans cet espace de silence pur se tiendrait-il ? Il est le témoin silencieux de tous nos faits et gestes, de nos pensées les plus secrètes, Lui l’observateur silencieux qui ne juge ni ne condamne, Lui qui observe les luttes que nous entretenons avec l’égo sans jamais manifester d’impatience ! Lui, le Tout Miséricordieux, le Juste, le Bon, l’Aimant, le Tout Puissant, Lui, Dieu ! Oui ! Qui regarde lorsque nous admirons les beautés de la vie ?
Sommes-nous conscients qu’Il regarde tout ce que nous voyons ? Sommes-nous conscients que lorsque nous regardons c’est en fait Lui le regardé ? Sommes-nous conscients qu’Il est Dieu contemplant Dieu à travers nous ? Dieu contemplant l’expérience humaine de Lui-même ?
Pouvons-nous imaginer être l’expérience de Dieu en Dieu ? Pouvons-nous ouvrir notre coeur à Sa réalité ? Pouvons-nous ouvrir notre esprit à Sa présence en chacun de nos actes ? Pouvons-nous ne pas rester prisonnier de nos croyances, de nos projections égoïstes et limitantes, pouvons-nous arrêter de Le comparer à un simple mortel, à une autorité paternelle qui dérange et contraint ? Pouvons-nous tout simplement Le reconnaître comme Le Créateur Bienveillant du Grant TOUT que nous ne pouvons comprendre ni imaginer dans notre position humaine ?
Pouvons-nous au moins essayer de prendre conscience de Lui, l’observateur silencieux qui nous fait découvrir les milliards de facettes de Son potentiel, les milliards de facettes de nous-même en tout ce que nous regardons, en tout ce que nous voyons ! Pouvons-nous accueillir le fait que nous sommes UN avec tout ce que nous contemplons ! UN avec tous les êtres de la création ! Rien ni personne ne nous est étranger ! Nous sommes, en tant qu’êtres vivants, tous des cellules de son Amour infini, des gouttes de Son Océan d’Amour et de Sagesse !
Alors Qui est l’observateur silencieux qui regarde lorsque nous regardons quelque chose ou quelqu’un ? Et si nous regardons, nous, avec Ses yeux Le verrons-nous en tout ce que nous regardons et voyons ?
« J’étais un trésor caché, dit un Hadit, j’ai tenu à être connu et j’ai créé les créatures. Si vous me cherchez, c’est dans le silence du coeur que vous me trouverez. »
Le Prophète (sur lui le salut et la paix) a dit : « Celui qui cherche avec insistance trouve » et « Celui qui frappe à la porte avec insistance, on lui ouvrira. »

Podcast et intermède musical: L’observateur silencieux

Haut de page

Et si nous choisissions le miracle ?

C’est un très vaste sujet que celui des choix ! Aujourd’hui, l’interrogation se pose en ces termes : « Et si nous choisissions le miracle ? »
Choisir le miracle plutôt que quoi ? Choisir le miracle plutôt que les griefs ! Choisir d’ouvrir plutôt que de fermer ! Choisir de célébrer plutôt que de renier ! Choisir d’honorer plutôt que de juger ! Choisir d’être plutôt que d’avoir ! Choisir d’aimer plutôt que de haïr ! choisir d’inviter plutôt que d’attendre !
Rappelez-vous une situation récente de votre vie où vous étiez appelé à choisir entre : le miracle et les griefs. Peu importe le choix que vous avez fait alors, il n’est pas question ici de juger, ni de condamner, ni même de critiquer. Il est juste question d’observer avec le coeur, ce qui aurait pu se dérouler avec l’aide du miracle…. et ce qui aurait pu se dérouler en choisissant les griefs !
Installez-vous dans le silence de votre coeur et laissez venir les différents sentiments pour chacune des deux possibilités. Ressentez clairement et sans jugement, tout ce que le choix du miracle ouvre comme possibilités, ce qu’il amène comme sentiment au fond du coeur, ce qu’il nourrit et ce qu’il fait grandir, ce qu’il ferme … et faites le même exercice avec le choix des griefs… ce qu’il offre comme possibilités, ce qu’il véhicule comme sentiment au fond du coeur, ce qu’il nourrit, ce qu’il fait grandir, ce qu’il ferme… Et maintenant choisissez consciemment pour la situation que vous regardez à la Lumière de l’Amour de Dieu, ce qui aurait pu et ce qui peut encore changer si vous laissez libre court au miracle d’agir ! Détendez et relâchez tout ce que vous avez retenu dans cette situation et ouvrez tout grand votre coeur au miracle ! Prenez le temps que vous avez besoin pour cet exercice, ne bâclez rien, soyez patient et bienveillant envers la situation, envers vous et envers la ou les personnes concernées par cette situation.
Vous pouvez prendre une décision aujourd’hui, celle de choisir à l’avenir, quelle que soit la situation à laquelle vous serez confronté, la solution du miracle plutôt que celle des griefs. Essayez d’appliquer cette règle durant une semaine entière, pour chaque situation, et à la fin de la semaine, ou à la fin de chaque journée, faites un bilan de ce qui se passe dans votre coeur et ce qui change autour de vous, dans vos relations.
Vous verrez à la fin de la semaine que c’est un choix gagnant en toute situation, et qu’il vous deviendra dès lors difficile, voire plus du tout possible de choisir de laisser les griefs gérer vos relations !

Podcast et intermède musical: Et si nous choisissions le miracle
CD disponible sur Amazon

Haut de page

Choisir et devenir responsable

Sommes-nous victimes des autres, des situations, de la vie … ou sommes-nous les artisans de ce que nous vivons ? Du point de vue de beaucoup il y aurait un nombre incroyable de « victimes » des décisions des autres, et pourtant, il n’en n’est rien ! Si nous nous en référons aux textes sacrés, de quelle que source que ça soit, nous sommes créés à l’image de Dieu. Qu’est-ce que cela signifie ? Que nous avons la même apparence que Lui ? Que nous pouvons tout comme Lui ? Que nous sommes potentiellement des dieux ? Comment entendez-vous ces propos ? Quelles sont vos croyances ou vos certitudes ?
Croyez-vous que vous possédez le libre-arbitre de choisir ce que vous voulez ou désirez vivre ? Croyez-vous que vous puissiez agir de quelques manières que ça soit sur votre « destinée » ? Ou pensez-vous que tout est déjà « écrit » à votre sujet et que vous ne pouvez et n’avez rien à choisir ?
Pour ma part, je crois à la perfection divine, je crois à la Grande Félicité, en la force de l’Amour divin et oui, je crois que chaque individu est créé à l’image de Dieu dans le sens où il est issus de « Son tissus énergétique », donc constitué de Sa perfection, potentiellement expérimentable dans la matière ! Je crois même que c’est la raison de la présence de l’homme sur terre : Faire l’expérience de Dieu dans la matière ! Donc choisir de manifester Dieu dans un aspect ou dans un autre. Choisir et devenir responsable de ses actes et des conséquences y relatives est la tâche de chacun quelles que soient son origine, ses croyances, ses forces et ses faiblesses ! Mon expérience de vie me montre que tout ce que je vis est le résultat des choix que j’ai posés, agis, ou des non-choix effectués. L’homme a deux possibilités qui s’offrent à lui constamment nous dit Rûmî dans le Livre du Dedans: vouloir ou ne pas vouloir ! Il n’y a pas d’option « vouloir ne pas vouloir » !
Choisir et devenir responsable c’est accepter le libre arbitre et devenir l’artisan de sa vie en fonction du dessein de Dieu ! Je ne crois pas qu’il y ait de victimes voulues par Dieu ! Je m’explique, comment Dieu aurait-il pu créé des êtres dépourvus, ne serait-ce que d’une infime partie de Son potentiel ? Aurait-il pu créé à partir d’autre chose que de Lui-même ? A Son image ? NON ! Ca n’aurait plus été « à Son image » ! Ce que chaque partie de l’âme divine a à expérimenter au cours d’une vie terrestre, est un aspect du potentiel infini de Dieu. Pour certaines âmes c’est peut-être à travers un handicap physique ou moteur qu’elles sont appelées à manifester l’infinie Bonté de Dieu, d’autres par une vie de pauvreté ou au contraire d’extrême richesse, ou de maladie pour trouver un moyen de manifester les Merveilles de Dieu. Pour d’autres encore c’est par une vie calme et apparemment équilibrée qu’elles cherchent à célébrer la Grandeur divine. Peut-on dire qu’il y ait une manière plus facile que les autres ? NON, nous ne pouvons l’affirmer tout simplement parce que nous n’en n’avons pas la connaissance ou plus le souvenir ! TOUT ce qui EST est un aspect indissociable de l’unité divine ! Prenons un exemple : y a-t-il des cellules plus importantes que d’autres dans notre corps ? Y en a-t-il de plus nobles que d’autres ? Y en a-t-il qui ont plus de facilité que d’autres à accomplir leur « tâche » ? Y en a-t-il, à la base, victimes des autres ? NON ! Toutes nos cellules ont une raison d’être bien précise avec une fonction précise pour l’équilibre de TOUT le fonctionnement de notre organisme ! Il en va de même pour nous autres êtres humains ! Nous sommes à l’image des cellules de notre corps pour le bon fonctionnement de TOUT l’organisme divin ! Peut-on dire qu’une cellule de notre corps a une vision et une compréhension claire de l’ensemble du fonctionnement de notre corps ? Comment pourrions-nous avoir, nous, la prétention de pouvoir dire que nous avons une compréhension et une vision claire de La perfection divine ? Tout comme nos cellules, nous pouvons choisir de fonctionner pour ce que nous sommes sensés accomplir et le résultat sera en fonction de nos actions ou nous pouvons tenter d’accomplir la tâche d’autres cellules… sachant que nul ne peut porter le fardeau de quiconque ni ne peut agir à la place de quiconque !
Choisir et devenir responsable de QUI JE SUIS en train de manifester (DIEU) est en fait la voie de l’éveil de l’Esprit dans la matière, est en fait le libre-arbitre mis à notre disposition !

Podcast et intermède musical: Choisir et devenir responsable

 

CD disponible sous : Faran ensemble

 

Haut de page

Que reflète un état inflammatoire ?

Nous savons aujourd’hui que bien des maladies ont comme point commun l’inflammation ! Citons par exemple, les troubles cardiovasculaires, les affections articulaires, le cancer, les allergies, l’asthme etc… L’inflammation est une composante du système immunitaire d’une part, et un moyen de réparation et de régénération des tissus d’autre part. C’est en quelque sorte un « garde-fou », un mécanisme de survie mais lorsque l’individu ne prend pas en compte les informations que le corps lui transmet via un rhume, une intolérance alimentaire, une douleur, du stress, un état de fatigue qui dure pour n’en citer que quelque-unes, alors ce qui devrait être un avertisseur (l’inflammation) devient un « agresseur » par pléthore d’informations à traiter ! Le corps n’arrive tout simplement pas à traiter toutes ces informations en urgence ! C’est ici que débute alors ce que la médecine appelle les maladies.
Mais alors que reflète un état inflammatoire aigu ou chronique ? C’est avant tout le résultat de tout ce processus ignoré, ça n’est pas une fatalité ! A chaque fois qu’un signal n’a pas été pris en compte, n’a pas été reconnu, écouté et réconforté, se développent et se gravent alors les messages émotionnels… et tout cela se passe déjà dans la petite enfance, bien avant qu’une maladie soit établie. Ces émotions, liées à un signal avertisseur, deviendront à leurs tours, messagères d’un mal-être. Mais nous le savons aussi, l’égo est vraiment très fort pour nous éviter toute confrontation qui lui ferait « perdre » son statut de « roi » ! Donc, l’individu s’emprisonne lui-même sans même en avoir conscience !
Ce qui se passe à l’extérieur est comme ce qui se passe à l’intérieur ! Ce qui fait mal dehors, est aussi ce qui fait mal dedans ! Imaginez que les émotions sont comparables à l’eau. Lorsque tout va bien, l’eau coule tranquillement inlassablement, inexorablement… charriant les impuretés, contournant les obstacles, se frayant un chemin de méandres parfois, mais rien ne l’arrête naturellement. Pour les émotions, il en va de même, lorsque la vie est tranquille, harmonieuse et respectée, les émotions vont et viennent naturellement mais… très vite, trop tôt, beaucoup trop tôt dans la vie d’un enfant, surviennent les peurs, les interdits, les « fais attention », le chantage affectif, les projections des adultes frustrés, les colères déchargées sur lui de manière démesurée, les excès de toutes sortes, la culpabilité, les compensations affectueuses par de la nourriture etc…. tout cela est comme construire un barrage pour retenir les manifestations émotionnelles démesurées, pour s’assurer l’amour de ses parents, pour rester conforme aux attentes qui pèsent, pour se sentir appartenir à un clan. Il devient plus aisé d’écouter l’égo plutôt que de suivre la voix de l’âme qui dit, Vas… Avance… Ne crains rien… Je Suis là, Je Suis ici, Je Suis partout… Je T’aime comme tu es… Sois libre et heureux, joyeux, insouciant…
Il est plus facile de faire comme si nous étions quelqu’un d’autre, plutôt que de chercher à savoir et être « Qui Je suis »! 

Notre parcours de vie est jalonné d’expériences physiques et émotionnelles pour nous permettre de nous rappeler notre rôle et notre raison d’être ici-bas ! Pour comprendre et transformer un état inflammatoire, il est tout aussi important d’ajuster son régime alimentaire que d’ajuster son hygiène émotionnelle ! Jusqu’à quand attendrons-nous pour nous poser les bonnes questions ? Au fait… « Quelle place je laisse à Dieu pour être en moi » ?

Podcast et intermède musical: Que reflète un état inflammatoire

Haut de page

L’homme ce créateur qui s’ignore

Selon le Hadith du Prophète : « Celui qui connait son âme connait son Seigneur » l’homme est invité à regarder au plus profond de lui-même pour tenter de comprendre « QUI IL EST » autrement dit : Dieu en lui. Or, cette introspection est chose particulièrement difficile ! Aussi longtemps que l’homme ignore « Qui » il est – Dieu en lui-même – , il ne peut « co-naître » son pouvoir créateur, il ne peut donner naissance à son pouvoir ni ne peut naître à son pouvoir. N’est-il pas noté dans les textes sacrés qu’il suffit à Dieu de dire « SOIS » pour qu’une chose soit ? En est-il vraiment autrement pour l’homme ? A-t-il conscience, l’homme, qu’il lui suffit de penser, pour que se mette en route un système de création (de sa pensée) et qu’il la manifeste ! L’homme, ce créateur qui s’ignore, possède des ressources illimitées !
Connaître son âme, cela signifie devenir conscient de la véritable nature qui réside au plus profond de soi. Conscient de la Grande Félicité, de l’Amour et de la Joie. Conscient de l’indissociabilité de l’âme, du mental et du corps ! Conscient que les inspirations de l’âme peuvent être créées par la pensée et manifestées dans la matière ! Conscient qu’il suffit au mental de dire « SOIS » à la nature de l’âme pour qu’elle devienne réalité physique ! Toutefois, cette pensée, d’être un créateur illimité, fait peur à l’homme ! Et cette peur le maintient ignorant de lui-même… Comment dès lors pourrait-il être conscient de son pouvoir ? De son âme ? De Dieu en lui ?
L’homme ce créateur qui s’ignore est appelé à sortir du filet des ténèbres dans lequel il se cache ! L’homme est appelé à ouvrir les portes de son coeur à la Lumière divine ! L’homme est appelé à réaliser qu’il est maître de ses pensées et qu’il choisi, seul, les difficultés et les épreuves dans sa vie ! Oui, seul ! C’est à lui qu’appartient la responsabilité de ses pensées et à personne d’autre ! Dès lors qu’il comprenne qu’il est (de par son mental) le « père créateur » (de ce qu’il croit ou du regard qu’il pose sur les possibilités d’être d’une situation), la naissance du « fils » (le résultat) sera conforme à la création ! Autrement dit : l’homme est seul responsable du résultat de ses pensées et actions ! De ce point de vue, l’échec n’existe pas ! L’homme réussit TOUT ce qu’il créé ! La trilogie qui gouverne la vie est simple : conception, création, expérimentation.
Pour sortir d’une situation devenue trop douloureuse ou trop insupportable il importe de concevoir les choses sous un angle nouveau, de changer de « point de vue »,  pour que puissent être créées de nouvelles expériences ! Et c’est ici que l’introspection est intéressante et que l’homme peut s’éveiller à son pouvoir créateur illimité ou devenir conscient de la véritable nature de son âme ! C’est lorsqu’une situation est arrivée à l’extrême du supportable que l’homme trouve le courage de regarder en lui… en fait de regarder Dieu ! L’homme passe alors du statut de créateur qui s’ignore à créateur conscient de Dieu en lui ! Il peut commencer à s’oublier lui-même pour devenir la manifestation divine qu’Il est (Dieu en lui) !

Podcast et intermède musical : L’homme ce créateur qui s’ignore
CD disponible sur Amazon

Haut de page