Archives

Prééternité

Avant qu’il existât en ce monde le jardin, la vigne, le raisin,
Notre âme était enivrée du vin éternel.
Nous avons proclamé « Ana-l-Haqq » (je suis la Vérité Suprême) dans le Bagdad du monde spirituel,
Avant la parole de Mansûr, le jugement et le gibet.
Avant que l’Ame universelle devint l’architecte du limon terrestre,
Dans la taverne des Réalités divines, notre vie était heureuse.
Notre âme était comme l’univers, la coupe de l’âme pareille au soleil.
Par le vin de l’âme, l’univers était noyé dans la lumière.
O échanson, enivre ces êtres charnels, emplis d’orgueil,
Afin qu’ils sachent tous de quelle joie ils ont été éloignés !
Que la vie soit consacrée à un échanson qui arrive par la voie de l’âme,
Afin qu’il retire le voile à tout ce qui était voilé.
Nous sommes restés éblouis devant cet échanson :
Son vin ne donnait pas de langueur, son miel ne venait pas des abeilles.
Ferme nos lèvres, ô échanson ! sinon sera divulgué le secret
Enfoui comme un trésor dans la septième profondeur de la terre.
O Tabriz ! Dis-nous si tu te souviens de cette époque
Où le soleil de la foi n’était pas manifesté en Shams-od-Din. (Odes mystiques 731)

Podcast: Prééternité

Haut de page

Imagination ou doute

L’imagination, ou le doute, et le for intérieur de l’homme sont comme un vestibule. On entre dans le vestibule, avant d’accéder à la maison. Tout ce qui apparaît dans le vestibule, sois sûr que tu le retrouveras dans la maison. Dans ce monde tout ce qui arrive, bien ou mal, se manifeste d’abord dans le vestibule. (Le Livre du Dedans, Rûmi)

La maison dont nous parle Mawlâna est l’homme, toi, moi, avec pour vestibule l’esprit (mental) et ses doutes, projections,  attentes,  peurs, certitudes, imaginations, jugements, idéaux parmi tant d’autres. Tout ce que le mental entretient comme discours se manifestera tôt ou tard, prendra forme et deviendra « la réalité ».  Il est bien plus facile de trouver une raison à l’extérieur de soi au mal-être, à la maladie, à l’angoisse, à la colère, à l’impatience ou au désespoir. Il est plus facile de chercher un coupable parmi nos proches, un collègue, un supérieur, un dirigeant politique, la société que de chercher en soi! L’homme se parasite lui-même par ses pensées. Tel un moulin, ses pensées agissant comme le cours d’eau incessant qui fait tourner encore et encore la roue du mental.

Dieu (que son Nom soit sanctifié). a créer l’homme. Il y a placé des potentiels, des particularités, des aspirations, des tâches pré-déterminés en son coeur. L’homme peut soit vivre en fonction de ses potentiels, ou agir comme si il était fait d’autre chose! Dans le premier cas, le décret divin pourra se réaliser, dans l’autre, une lutte incessante sera livrée entre le coeur et le mental. Le résultat est connu d’avance ! c’est la réalité d’un grand nombre aujourd’hui: stress, maladie, refus d’assumer les responsabilités, recherchant inlassablement le coupable en l’autre, qui que soit l’autre ! Arrogance et prétention à des droits avant de voir les obligations nécessaires à l’obtention des droits. Nous sommes dans un fonctionnement inverse du bon sens ! L’homme agit comme s’il était seul au monde, comme s’il n’y avait pas de conséquence à ses actions. Il en oublie que tout découle du déroulement d’un processus et que tout porte à conséquence ! Il agit,  ignorant ce vestibule !

Il y a pourtant une solution à ce monde de souffrance : faire retour à Dieu. Faire silence en son coeur, écouter ce qui se dit dans cette maison-là. Dans la maison du coeur se trouve également un vestibule ! Il est l’espace où règne le  silence. Ce qui apparaitra dans ce vestibule, sois sûr que tu le retrouveras également dans ta vie. Calme, sérénité, paix, foi, assurance et confiance, amour et joie, patience et harmonie. Ici tu es responsable de ta propre discipline. Toi seul pourras te mettre en silence, il ne suffit pas de l’avoir lu ou entendu dire. Ta pratique régulière et assidue aura des conséquences aussi et tu seras le premier à en bénéficier! « Ceci est un Rappel. Que celui qui veut prenne une voie menant à son Seigneur. » (Coran LXXIII,19). Faire retour à Dieu c’est prier, méditer, réciter, lire les textes sacrés. Le temps consacré chaque jour à ces disciplines est source de bonheur pour tous!

Podcast: Imagination ou doute

Haut de page