Louanges à Dieu, Seigneur des mondes

Louanges à Dieu, Seigneur des mondes. J’ai, plusieurs fois déjà fait référence au chapitre No 26 du Livre du Dedans et une fois encore, j’y reviens !
A travers ce texte, Rûmî nous invite à prendre conscience de l’importance de la prière, de la foi, de la sincérité. Il nous donne plusieurs exemples pour tenter d’éveiller en nos coeurs endormis, la Sagesse !
Au sujet de la prière, « Louanges à Dieu, Seigneur des mondes » formulée en début de repas par exemple, il nous dit ceci; je cite : « cela ne signifie pas que le pain et la prospérité soient rares. Le pain et la prospérité sont illimités; mais l’appétit a disparu, et les invités sont rassasiés. On dit « Louanges à Dieu » parce que ce pain, cette prospérité ne ressemblent pas à celle de ce monde, car tu peux bénéficier du pain et de la prospérité de ce monde sans avoir d’appétit. Tu peux, en te forçant, manger tout ce que tu veux. A l’inverse de cette prospérité divine qu’est la sagesse, qui est une prospérité vivante : tant que tu as de l’appétit et que tu témoignes d’un désir parfait, elle vient vers toi et devient ta nourriture. Quand l’appétit et le désirs s’en vont, tu ne peux en manger ni l’attirer même en te forçant. Elle se cache sous un voile et ne se montre pas.  »
Ce qui nous est dit ici, c’est que ce monde n’est pas la Réalité. Ce n’est pas parce que nous le voyons et qu’il est tangible que nous devons nous identifier à lui. Ce n’est pas parce que nous mangeons des aliments visibles et tangibles que ce sont d’eux que nous tirons notre subsistance !
C’est bien de Dieu, que nous tirons la Vie. La véritable nourriture nous vient de Lui, Dieu, Seigneur des mondes visibles et invisibles ! Je dirais qu’il devient de ce fait, impératif ou nécessaire, de prendre conscience en nos coeurs, en nos fibres, que notre véritable nourriture n’est pas celle à laquelle nous nous attachons, celle à laquelle nous accordons tant d’importance ! Non ! La véritable nourriture, le véritable appétit est celui qui nous vient de Lui !
Le prodige, dit encore Rûmî, est ce qui transporte d’un état inférieur à un état supérieur; de l’état inanimé à l’état vivant !
Est-il suffisant de se croire vivant parce que nous mangeons ? Ne serait-ce pas plutôt important de se sentir en Vie parce que Dieu nous rend vivants ?
Louanges à Dieu, Seigneur des mondes !

Podcast et intermède musical: Louange à Dieu, Seigneur des mondes

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *