Archives de tags | confiance

On pense en bien des gens qu’on aime

C’est lorsque la mort frappe à la porte, que l’on perd un être cher, un parent, un proche, un ami, que cela devient évident : On pense en bien des gens qu’on aime !
Dans la douleur d’une séparation, soudain, quelque chose de merveilleux se met en place, se met en lumière. La Force d’Amour dont nous sommes tous issus se manifeste, se fait chair à travers l’épreuve. La Lumière enfouie au tréfonds du coeur est enfin libérée ! Elle permet de voir toute la Beauté de l’être qui s' »éteint » et qui permet à Sa Lumière de se répandre généreusement, de toucher toutes les âmes proches de lui. Quelle Beauté, quelle Grâce et quel Amour se déversent alors en flots infinis, purifiant les coeurs endurcis de tant et tant de scories, de rancunes, d’amertume, de jugements, de colère, d’injustices et d’ignorance. Quelle merveille que de pouvoir se laisser purifier, se laisser laver de toutes ces marques d’égoïsme, d’orgueil, de jalousie, de fausseté, de méchanceté ou de tromperie ! Qu’il est bon au coeur de pouvoir enfin être libre de ressentir l’Amour, de le laisser couler librement, sans gêne, sans arrière-pensée, simplement parce qu’il n’est plus possible de le garder sous cape. Qu’il n’est plus possible de le faire taire, de faire comme s’il n’existait pas ! Il est bien là ! Oui ! l’Amour emplit les coeurs tel un torrent inextinguible !
Mais pourquoi attendre que la mort frappe pour penser en bien des gens qu’on aime ? Pourquoi ne pas le faire quotidiennement lorsque la Vie bat son plein, qu’il est encore possible de partager et de dire son amour à quelqu’un ! L’Amour devrait pouvoir se dire, se manifester, se partager quotidiennement. Dans les prières on pense en bien des gens qu’on aime, on peut aussi profiter des moments de prières pour apprendre à penser en bien des gens qui nous dérangent quelque part, qui nous interpellent sur un aspect de nous que nous ne pouvons accepter, voir ou reconnaître ! Il est souvent plus difficile de penser en bien de soi-même et de ceux qui nous agacent, nous énervent, nous choquent et nous dérangent que de penser en bien des gens qu’on aime. Pourtant y a-t-il une différence dans l’Amour qui nourrit chaque coeur ? Y a-t-il un coeur qui mérite plus qu’un autre d’être aimé ? Ou y a-t-il une raison de priver le coeur de laisser libre cours à l’Amour qui coule en lui pour tous les êtres ?
Il est vrai qu’on pense en bien des gens qu’on aime, tout comme il est vrai qu’on peut « mourir » à l’endurcissement de notre coeur pour pouvoir penser et agir en bien pour tous les êtres !

Podcast et intermède musical: On pense en bien des gens qu’on aime

Haut de page

Un coucou confident

Avoir un coucou confident peut être super important pour un enfant, même s’il est déjà grand ! Un coucou confident n’est pas réservé qu’aux tout petits, non, même les adultes pourraient en avoir un. Mais au fait c’est quoi un coucou confident ? C’est un ami à qui on peut tout dire, et qui peut tout nous dire à notre sujet ! Oui, oui, c’est un vrai ami même si c’est un doudou ou une peluche ! Il est précieux ! Tu sais bien que quand quelque chose ne va pas très bien, c’est parfois difficile d’en parler même à ses parents ou à ses frères et soeurs, même à un copain ou une copine parce qu’on aimerait pas qu’il ou elle le raconte plus loin et surtout pas à son autre parent, ou à la maitresse ! Alors choisis dans tes peluches celle qui pourra devenir ton coucou confident, il n’y en a qu’une qui peut avoir ce rôle. Quand tu l’as trouvée donne-lui un nom d’une qualité qui te caractérise. Par exemple coucou-joyeux, ou coucou-d’amour, ou coucou-rieur, coucou-farceur, coucou-câlin, coucou-bisous, coucou-courage, coucou-partage, coucou-confiance, coucou-fée, coucou-chevalier …. C’est bon ? Tu as trouvé son nom ? Super ! Tu pourras commencer à parler avec lui. Tu verras, si tu es franc avec lui, il te dira toujours, lui, ce qui te chagrine ou te tracasse.
Commence par le prendre dans tes mains et regarde-le bien en face, dis-lui que tu as besoin de lui parce que tout seul c’est trop difficile. Adresse-toi à lui comme à un ami, demande-lui des nouvelles de toi ? Au fait…. tu lui as dit comment tu t’appelles ? Par exemple si tu te sens fâché ou assez « grinche » demande-lui : « mais pourquoi il est tellement fâché aujourd’hui XXX ? » et tu verras ton coucou te dira exactement ce qui se passe. Je te donne un exemple mais c’est juste un exemple… toi tu devras bien écouter ce que te dira ton coucou.
Il pourrait te répondre : « Oh ben tu sais, ce matin il est triste, il a peur de se faire gronder » et toi tu pourrais lui demander : « mais pourquoi il se ferait gronder ? » et lui pourrait te dire : « parce qu’il a fait une bêtise, il a déchiré les affaires de son frère ». Tu vas forcément lui demander : « pourquoi il a fait ça ? » et ton coucou te dira pourquoi. Et quand ton coucou t’auras tout raconter tes propres secrets, tu verras, tu iras beaucoup mieux et tu ne seras même plus triste, ni fâché, ni grinche !
Alors n’hésite pas à garder ton coucou confident tout près de toi quand tu te réveilles ou quand tu te couches et à parler avec lui, ou bien quand tu as un souci avec quelqu’un, ou que tu es inquiet ou que tu as carrément peur. C’est un super-ami en qui tu peux avoir confiance et surtout qui te connais bien ! Il sait exactement tout ce qui se passe dans ton coeur et il te le dira à haute voix, comme ça tu pourras l’entendre et tu pourras retrouver le calme et la joie très vite. En fait, tu sais, c’est un peu comme si tu parlais avec Dieu quand tu te confies à ton coucou !

Podcast et intermède musical: Un coucou confident

Haut de page

La misère du monde

La misère du monde touche, bouleverse, interpelle et révolte parfois une grande partie de la population. Des mouvements, des discussions sont organisés pour tenter de trouver une solution, pourtant, malgré les efforts fournis, la misère du monde persiste ! Pourquoi ? Pourquoi les efforts des hommes n’aboutissent-ils pas ? Pourquoi alors que tant de priants dans le monde, de toutes confessions, de toutes cultures, demandent la rémission de la misère, pourquoi ces prières ne sont-elles pas exaucées ? Pourquoi ne sont-elles pas prises en compte ?
Prier pour autrui est important, toutefois, n’oublions pas que nous sommes tous une part des autres. Il est dit dans le Coran : « Il n’y a pas d’autre dieu que Dieu, le Créateur absolu des cieux et de la terre, Lui qui vous développe à partir d’une âme unique. Il est le Subtil, l’Informé. »
N’oublions pas aussi que ce qui se manifeste au dehors est le reflet de ce qui se passe à l’intérieur. Tel un arbre, si ses racines sont saines, il donnera des fruits sains; si apparaissent des fruits malades, c’est les racines quil faut traiter, non les fruits ! Alors, si la misère du monde perdure à travers les époques, c’est peut-être que le coeur des hommes souffre ! Comment dès lors s’occuper de la misère du monde autrement qu’en s’occupant de soigner le coeur des hommes ? Peut-on laisser quiconque tenter de porter le fardeau d’autrui ? Peut-on imaginer traiter la maladie de quelqu’un sans nous occuper de notre propre maladie ? Soigner le coeur des hommes ne se fait pas avec des discussions, des théories, mais bien en actions quotidiennes et concrètes; individuellement, où chacun se trouve. C’est ainsi qu’en soignant la parcelle d’âme qui nous est confiée que l’ensemble retrouvera la santé, si Dieu le veut ! Il est dit aussi dans le Coran : « Ne sois pas de ceux qui doutent ! »
Peut-on faire confiance au Créateur, à la perfection de Son plan quand bien même nous ne le comprenons pas ? Pouvons-nous vivre le présent pour ce qu’il est sans rester fixé sur le passé, confiants que si nous agissons le coeur pur et léger, les autres, autour de nous, en bénéficieront ? Si nous prenons soin de guérir la misère en notre coeur, alors nous participons activement et concrètement à la guérison de la misère du monde ! N’oublions pas que tant que nous sommes occupés à une tâche autre que celle qui nous est confiée, nous retardons son accomplissement, quand bien même nous « aidons » les autres !

Podcast et intermède musical: La misère du monde

Haut de page

Le corps humain, cet astrolabe divin

L’homme, bien qu’étant la plus jeune créature apparue sur terre, croit être supérieur à toutes les autres de par son intelligence ! Or, son intelligence, justement, l’égare ! Elle le met en séparation d’avec son Essence ! Oui, ne l’oublions pas, l’homme est un être spirituel avant tout ! Le corps humain, cet astrolabe divin, que nous ne connaissons pas ou si peu, est bien au service de l’Esprit ! Pourtant dans le quotidien, l’homme agit comme si l’esprit était au service de son corps ! Il est obnubilé par son apparence, par ses compétences, par ses performances tant physique qu’intellectuelles mais il ignore tout ou presque de sa nature divine ! L’homme depuis bien longtemps, a perdu de vue son potentiel spirituel, sa nature spirituelle, à tel point qu’il croit qu’il en est tout simplement dépourvu et qu’il est le maître de la matière ! Qu’il peut tout par lui-même, qu’il dispose de tous les pouvoirs de décisions, de créations, de vie et de mort ! Oui, il s’imagine que parce qu’il domine la matière, il lui est supérieur, mais en réalité, il n’en n’est rien ! L’homme est avant tout un être spirituel qui vit une expérience humaine et non un être humain en quête de pouvoirs terrestres ! Tout ce qu’il découvre avec son intelligence, lui est accessible, parce qu’il est constitué et issu de ce qu’il cherche à expliquer ! Il ne découvre rien que son corps ne possède ! Une cellule peut-elle se souvenir, posséder une mémoire de quelque chose qu’elle n’aurait jamais expérimentée ? Le corps humain est une représentation parfaite du fonctionnement de l’immensité de la Grande Félicité dont il est issu !
Alors jusqu’à quand l’homme fera comme s’il était le seul maître à bord ? Quand prendra-t-il conscience qu’il est au service d’une Force qu’il ignore ? Que faudra-t-il que l’homme expérimente pour que se réveille sa nature spirituelle ? Pour qu’à nouveau, le corps humain, cet astrolabe divin, soit au Service de l’Esprit divin ? Le corps, ne l’oublions pas, est un vêtement qui permet de rendre visible les merveilles de Dieu, de l’Esprit. Il est le vêtement mû par le souffle d’Amour divin, au même titre que l’arbre est mû par le vent et permet ainsi de le rendre « visible » (le vent) ! Le corps humain est une merveille parfaite, constituée d’Essence parfaite, pour expérimenter dans la matière, les potentiels divins qui le constituent. L’intelligence de l’homme n’est qu’un fragment de la Sagesse, une cellule,  du corps de la Sagesse divine ! Elle n’est pas supérieure à Elle, mais provient d’Elle. La fonction première de l’intelligence ne serait-elle pas de manifester, tout comme le vent, tout comme le corps humain, l’immensité de la Grande Félicité ? Ne serait-elle pas au Service de l’Esprit ? Non pas pour L’expliquer rationnellement, mais bien pour le démontrer Lui, le Merveilleux, le Caché, l’Immensément Grand et Parfait, Lui, Dieu, le Sage, le Bienveillant, l’Omniscient, le Juste, le Bon, le Tout Généreux, Le Miséricordieux ? L’intelligence finalement, n’est autre qu’une manifestation du « souffle divin » rendant visible la Beauté des Attributs divins, et l’Immensité dont TOUT est issu ! Elle permet d’imager les richesses divines manifestées par le corps, par la matière, mais pas de s’approprier le savoir absolu de la matière ! Le savoir est une chose et la Sagesse en est une autre ! Le premier étant au service de la deuxième !
Le corps humain, cet astrolabe divin, n’est qu’une manifestation temporaire dans l’espace-temps tout comme une feuille de l’arbre ! Il naît, manifeste les richesses divines, et s’en retourne à l’Essence qui le constitue ! Pourquoi s’identifier et s’attacher tellement fort émotionnellement et matériellement alors à ce corps ? Pourquoi ne pas l’utiliser comme un tremplin pour prendre conscience de l’Essence divine qui l’anime et Lui faire confiance ? Pourquoi ne pas profiter de ce passage dans l’espace-temps pour expérimenter les merveilles divines et découvrir les potentiels mis à disposition plutôt que de s’alimenter de la peur de perdre le contrôle de ce corps, de la matière ? Pourquoi avoir si peur des maladies et des déchéances physiques si le corps est effectivement utilisé pour servir l’Esprit ? Je crois que tout simplement la peur est là parce que l’homme passe la plus grande partie de son temps à s’identifier à son corps plutôt qu’à l’Essence !

Podcast et intermède musical: Le corps humain, cet astrolabe divin

CD disponible sur Amazon

Haut de page