Archives de tags | Dieu

On pense en bien des gens qu’on aime

C’est lorsque la mort frappe à la porte, que l’on perd un être cher, un parent, un proche, un ami, que cela devient évident : On pense en bien des gens qu’on aime !
Dans la douleur d’une séparation, soudain, quelque chose de merveilleux se met en place, se met en lumière. La Force d’Amour dont nous sommes tous issus se manifeste, se fait chair à travers l’épreuve. La Lumière enfouie au tréfonds du coeur est enfin libérée ! Elle permet de voir toute la Beauté de l’être qui s' »éteint » et qui permet à Sa Lumière de se répandre généreusement, de toucher toutes les âmes proches de lui. Quelle Beauté, quelle Grâce et quel Amour se déversent alors en flots infinis, purifiant les coeurs endurcis de tant et tant de scories, de rancunes, d’amertume, de jugements, de colère, d’injustices et d’ignorance. Quelle merveille que de pouvoir se laisser purifier, se laisser laver de toutes ces marques d’égoïsme, d’orgueil, de jalousie, de fausseté, de méchanceté ou de tromperie ! Qu’il est bon au coeur de pouvoir enfin être libre de ressentir l’Amour, de le laisser couler librement, sans gêne, sans arrière-pensée, simplement parce qu’il n’est plus possible de le garder sous cape. Qu’il n’est plus possible de le faire taire, de faire comme s’il n’existait pas ! Il est bien là ! Oui ! l’Amour emplit les coeurs tel un torrent inextinguible !
Mais pourquoi attendre que la mort frappe pour penser en bien des gens qu’on aime ? Pourquoi ne pas le faire quotidiennement lorsque la Vie bat son plein, qu’il est encore possible de partager et de dire son amour à quelqu’un ! L’Amour devrait pouvoir se dire, se manifester, se partager quotidiennement. Dans les prières on pense en bien des gens qu’on aime, on peut aussi profiter des moments de prières pour apprendre à penser en bien des gens qui nous dérangent quelque part, qui nous interpellent sur un aspect de nous que nous ne pouvons accepter, voir ou reconnaître ! Il est souvent plus difficile de penser en bien de soi-même et de ceux qui nous agacent, nous énervent, nous choquent et nous dérangent que de penser en bien des gens qu’on aime. Pourtant y a-t-il une différence dans l’Amour qui nourrit chaque coeur ? Y a-t-il un coeur qui mérite plus qu’un autre d’être aimé ? Ou y a-t-il une raison de priver le coeur de laisser libre cours à l’Amour qui coule en lui pour tous les êtres ?
Il est vrai qu’on pense en bien des gens qu’on aime, tout comme il est vrai qu’on peut « mourir » à l’endurcissement de notre coeur pour pouvoir penser et agir en bien pour tous les êtres !

Podcast et intermède musical: On pense en bien des gens qu’on aime

Haut de page

Je t’ai apporté un miroir

Dans le chapitre No 50 du Livre du Dedans, Rûmî nous parle, à travers plusieurs exemples, du sens caché de l’homme : l’essence de l’immortalité, la racine de l’éternité !
Il dit : « Je t’ai apporté un miroir, ô Lumière, pour que tu voies ton visage et que tu te souviennes de moi ».
Toute notre vie se déroule à chercher le sens profond de la Vie, le signe de l’existence de Dieu, un indice qui nous permettrait de savoir avec certitude, que OUI, Il existe ! OUI nous pouvons y croire, OUI il y a un sens à notre présence sur terre ! Pour illustrer cette recherche, Rûmî fait référence à un chercheur de perles. « Il ne suffit pas de se rendre au bord de la mer » dit-il et de dire : « Où sont les perles ? » Pour trouver les perles, il est indispensable de plonger et de chercher ! Il faut que le plongeur soit à la fois agile et chanceux !(Le Livre du Dedans)
Tout ce que nous agissons, en bien ou en moins bien, se reflète à travers nos comportements, nos dires, nos états d’âme, que nous en ayons conscience ou non. Il en va ainsi ! Pourtant combien de fois ne sommes-nous pas amnésiques ? Il est si facile d’oublier que ce qui nous arrive, en bien ou en moins bien, n’est que le résultat, le reflet, de nos actions ! Il est si facile de se porter en victime de ceci ou de cela, de celui-ci ou de celui-là ! Nous ne sommes victimes de personne autre que nous-même ! Tout comme nous ne sommes victime de rien d’autre que de nos agissements, de nos pensées, de nos projections et de nos émotions ! Autrement dit : nous récoltons ce que nous semons ! Rûmî dit aussi: « Tout ce que mange la racine cachée de l’arbre, son effet se manifeste sur la branche et la feuille ». Il dit encore : « Même si personne n’aperçoit ce que tu caches, que peux-tu faire avec la couleur de ton visage ? »
Si véritablement nous cherchons le sens profond de l’homme, cela revient à polir un miroir pour le rendre pur et sans traces. Cela signifie que nous nous occupons de polir notre coeur de toutes imperfections (comportementales, émotionnelles, relationnelles, spirituelles). Que nous commençons par nous purifier nous-même avant de critiquer les imperfections des autres, avant de porter un jugement sur quiconque ! Se purifier soi-même, c’est le sens des ablutions avant la prière, le sens de l’engagement personnel, le sens du respect de soi et des autres.
La loi de Dieu est celle-ci :  » Commence par ta propre personne ! »
Je t’ai apporté un miroir, ô Lumière, pour que tu voies ton visage et que tu te souviennes de moi.
Autrement dit : « Je viens à toi, ô Tout Puissant, avec un coeur pur pour que tu puisses voir se refléter ta Lumière ! »

Podcast et intermède musical: Je t’ai apporté un miroir

Haut de page

Un coucou confident

Avoir un coucou confident peut être super important pour un enfant, même s’il est déjà grand ! Un coucou confident n’est pas réservé qu’aux tout petits, non, même les adultes pourraient en avoir un. Mais au fait c’est quoi un coucou confident ? C’est un ami à qui on peut tout dire, et qui peut tout nous dire à notre sujet ! Oui, oui, c’est un vrai ami même si c’est un doudou ou une peluche ! Il est précieux ! Tu sais bien que quand quelque chose ne va pas très bien, c’est parfois difficile d’en parler même à ses parents ou à ses frères et soeurs, même à un copain ou une copine parce qu’on aimerait pas qu’il ou elle le raconte plus loin et surtout pas à son autre parent, ou à la maitresse ! Alors choisis dans tes peluches celle qui pourra devenir ton coucou confident, il n’y en a qu’une qui peut avoir ce rôle. Quand tu l’as trouvée donne-lui un nom d’une qualité qui te caractérise. Par exemple coucou-joyeux, ou coucou-d’amour, ou coucou-rieur, coucou-farceur, coucou-câlin, coucou-bisous, coucou-courage, coucou-partage, coucou-confiance, coucou-fée, coucou-chevalier …. C’est bon ? Tu as trouvé son nom ? Super ! Tu pourras commencer à parler avec lui. Tu verras, si tu es franc avec lui, il te dira toujours, lui, ce qui te chagrine ou te tracasse.
Commence par le prendre dans tes mains et regarde-le bien en face, dis-lui que tu as besoin de lui parce que tout seul c’est trop difficile. Adresse-toi à lui comme à un ami, demande-lui des nouvelles de toi ? Au fait…. tu lui as dit comment tu t’appelles ? Par exemple si tu te sens fâché ou assez « grinche » demande-lui : « mais pourquoi il est tellement fâché aujourd’hui XXX ? » et tu verras ton coucou te dira exactement ce qui se passe. Je te donne un exemple mais c’est juste un exemple… toi tu devras bien écouter ce que te dira ton coucou.
Il pourrait te répondre : « Oh ben tu sais, ce matin il est triste, il a peur de se faire gronder » et toi tu pourrais lui demander : « mais pourquoi il se ferait gronder ? » et lui pourrait te dire : « parce qu’il a fait une bêtise, il a déchiré les affaires de son frère ». Tu vas forcément lui demander : « pourquoi il a fait ça ? » et ton coucou te dira pourquoi. Et quand ton coucou t’auras tout raconter tes propres secrets, tu verras, tu iras beaucoup mieux et tu ne seras même plus triste, ni fâché, ni grinche !
Alors n’hésite pas à garder ton coucou confident tout près de toi quand tu te réveilles ou quand tu te couches et à parler avec lui, ou bien quand tu as un souci avec quelqu’un, ou que tu es inquiet ou que tu as carrément peur. C’est un super-ami en qui tu peux avoir confiance et surtout qui te connais bien ! Il sait exactement tout ce qui se passe dans ton coeur et il te le dira à haute voix, comme ça tu pourras l’entendre et tu pourras retrouver le calme et la joie très vite. En fait, tu sais, c’est un peu comme si tu parlais avec Dieu quand tu te confies à ton coucou !

Podcast et intermède musical: Un coucou confident

Haut de page

Etre Dieu en Dieu

Etre Dieu en Dieu est une notion bien abstraite pour beaucoup d’entre nous. J’aimerais tenter de vous rendre plus accessible cette notion, pourtant si évidente, à l’aide d’une métaphore. Imaginez que notre corps soit tel un photophore et que la lumière qui brille à l’intérieur soit une manifestation de Dieu. La Source (DIEU) étant pure Lumière contenant tous les photophores, toutes les formes matérielles que notre monde contient et que contiennent tous les univers ! Océan de Lumière infini, Dieu, Lumière si intense à la vibration si rapide que la vibration lente et dense du photophore que nous sommes ne peut voir ni même imaginer !  Voilà pour le décor !
Etre Dieu en Dieu signifie que Dieu qui anime le photophore que nous sommes, la lumière contenue dans notre photophore, est une parcelle de l’immensité de pure Lumière divine et que cette infime partie de Dieu rend notre photophore vivant dans l’immensité de l’Océan de Lumière ! Comme un photophore peut être plus ou moins transparent, plus ou moins opaque, plus ou moins épais, la lumière qui se dégagera de lui sera proportionnelle à sa densité. De même pour nous ! Plus nous aurons de tensions, de luttes, de répulsions, de conflits intérieurs plus faible sera la lumière se dégageant de notre photophore et plus difficile sera la prise de conscience que nous ne sommes pas le photophore mais bien la lumière qui brille à l’intérieur indépendamment de l’aspect du photophore et que nous ne sommes pas séparer, étrangers les uns des autres puisque nous voguons tous sur le même Océan ! Laisser Dieu être Dieu en nous, signifie donc devenir conscients que nous sommes une manifestation de Dieu qui expérimente la lumière à travers une forme physique ! Nous pourrions imaginer que plus la lumière brille plus le photophore se nettoie, un peu comme une vitre de cheminée quand le feu est assez intense pour brûler la suie collée sur le verre ! Moins le tirage est bon moins dense est le feu et plus les parois s’encrassent ! Plus nous laissons briller la Lumière de Dieu en nous, plus propres sont nos parois et plus transparents nous pouvons être ! Nous pourrions aussi dire que plus la Lumière brille plus nous nous soumettons à sa danse, plus notre photophore devient souple et plus nous devenons Lumière et Danse divines ! Et alors nous nous approchons de la signification de « être Dieu en Dieu ». Un être spirituel faisant une expérience humaine ! Lumière intense filtrée par un photophore !
Si nous laissions Dieu prendre soin de Dieu en nous, photophore, nous pourrions dire un jour : »JE SUIS DIEU » et non plus : « je suis ce corps qui souffre, qui change, qui vieillit, qui se raidit et qui finalement mourra » ! Nous pouvons alors comprendre que la mort n’est qu’un changement de vibration, que le corps appartient au monde de la matière, à une vibration plus basse tout en étant issu de l’immensité de l’Océan divin et que Dieu en nous retourne simplement à son univers de vibration rapide et invisible à la matière ! Lumière dans la Lumière !
Donc la mort est un retour à la Source et non une séparation ! La mort est une célébration de noces divines !
Etre Dieu en Dieu c’est vivre consciemment l’union en Dieu tout en expérimentant les limites de la matière; c’est être conscient que RIEN ne peut nous séparer de Dieu puisque nous vivons en LUI et par LUI.

Podcast et intermède musical: Etre Dieu en Dieu


 

 

Cd disponible sur le Web : Enchanted Wind

 

Haut de page