Archives de tags | émotions

La lutte insensée

Pourquoi nous autres êtres humains, déployons-nous tant et tant d’efforts pour rester dans la lutte insensée de l’égo contre « JE SUIS » le divin au plus profond de nous ? Il est vrai que tant que nous dormons, nous ne pouvons pas prendre conscience de la nuit ni du jour ! Mais arrive forcément un moment où nous nous réveillons un tant soit peu, où nous pouvons discerner le jour de la nuit.  Lorsque la lueur du jour pointe, une foultitude de contours, de formes se révèlent, se détachent des ténèbres et deviennent de plus en plus nettes. Nous pouvons soit les admirer, les contempler, les célébrer ou alors… les ignorer; toutefois cela ne changera rien à la réalité de ce qui EST! Il en va de même pour nous, lorsque nous sortons de notre léthargie intérieure, au moment où la Lumière se lève au fond de nos ténèbres de l’ignorance ! Et lorsque cela se produit, nous ne pouvons plus, par nos efforts, retenir la nuit ! Au début il est facile de discerner les premières lueurs de conscience… mais plus la Lumière se fait intense, plus il devient inconfortable pour l’égo, de regarder la réalité de « JE SUIS ». C’est alors que s’intensifie la lutte insensée du faire au détriment de l’Etre ! Nous connaissons tous ce processus pour le pratiquer avec succès ! Combien de fois ne nous posons-nous pas la question : « et dans cette situation que devrais-je faire ? » Combien de fois avons-nous le discernement nécessaire pour simplement être conscients de la présence de Dieu en nous? Etre conscients de la signification essentielle de « JE SUIS » ?  
Jusqu’à quand et jusqu’où croyons-nous devoir mener cette lutte insensée ? Le moment ne serait-il pas propice pour prendre conscience que nous manifestons ce à quoi nous nous identifions ! Or ce qui « JE SUIS », en chacun de nous, EST perfection divine, EST Amour, Joie, Beauté et tous les attributs divins et n’est pas les émotions que nous ressentons ! « JE SUIS » n’est pas peur, tristesse, angoisse, colère etc… Il y a en nous manifestation de ces émotions par l’égo et si nous nous identifions à elles cela devient : JE fais (comme si j’étais la) peur, JE fais (comme si j’étais la) tristesse, JE fais (comme si…) angoisse, JE fais (comme si…) colère… etc… Autrement dit, nous projetons sur les autres nos attitudes émotionnelles et les en chargeons ! Nous les prenons alors comme alibis pour justifier nos actions !
Et si nous nous posions aujourd’hui les questions suivantes : « qui est « JE SUIS  » aujourd’hui, dans cette situation présente » ? « Quelle place a réellement « JE SUIS » ici » ?
Et si nous laissions réellement « JE SUIS » être qu’est-ce que cela changerait à la situation ? Qu’adviendrait-il réellement ? Peut-être que le moment est opportun pour ce questionnement ?

Podcast et intermède musical: La lutte insensée
CD disponible sur Amazon

Haut de page

La maison aux trois chambres

Nous allons aujourd’hui visiter la maison aux trois chambres! En fait c’est ta maison secrète…

Pour y aller, tu peux soit te coucher bien à plat sur le dos, et poser tes mains sur ton ventre ou alors tu peux te mettre assis en tailleur… prends quelques respirations profondes… joins tes mains au-dessus de ta tête pour t’étirer vers le ciel … et sens que tu deviens comme la montagne… stable et fort… on respire quelques fois ensemble… relâche tes mains … et pose-les sur tes cuisses… et on y va… imagine que dans ton coeur se trouve une maison qui a trois chambres… tu peux l’imaginer cette maison ?… alors on va entrer et visiter ces trois chambres… on commence par la porte de droite… on ouvre tout doucement… et on regarde dedans… c’est la chambre où tu peux venir si tu te fais mal… si tu es malade… si tu es fâché avec un petit copain ou un copine, tes parents … si tu es jaloux … mais avant d’entrer tu dois retirer un vêtement… on ne peut pas entrer dans cette pièce avec l’habit de la colère ou de la jalousie ni de l’envie… alors imagine que tu retires  ce vêtement… tu le déposes par terre … regarde bien comme c’est tout blanc dans cette chambre… il y a des tapis tout doux … des coussins moelleux … on dirait des nuages… tout est tranquille dans cette chambre… maintenant tu peux entrer … promène-toi … regarde partout et trouve le meilleur endroit pour t’asseoir ou te coucher… le plus doux… le plus confortable pour toi et tu t’installes… respire profondément et sens comme tu deviens léger… comme ton corps se détend… que tu n’as plus mal nulle part… que tu guéris plus vite… que ton coeur se réchauffe et que tu n’es plus ni fâché ni jaloux… c’est magique !… tu peux même sentir dans tout ton corps comme si une rivière de lumière blanche coulait… tu la sens ??? ça fait du bien… tu deviens tout léger… comme la lumière… et la joie te remplis….te remplis… te remplis… et quand tu es tout plein de joie tu peux sortir de cette chambre… et on va vers la porte de gauche… on l’ouvre tout doucement… on regarde dedans… ici c’est la chambre où tu peux venir quand tu n’arrives pas à sortir de tes émotions… quand tu restes triste… que tu n’arrives pas à te consoler… à te calmer… quand tu en veux à quelqu’un …. et que tu penses toujours à la même chose qui te fais de la peine…. c’est la chambre du silence … regarde… il y a des coussins d’amour avec des bras pour t’accueillir… ils sont tout rouges et y en a un peu partout… ils ont l’air vraiment doux… mais avant d’entrer…. tu dois retirer  le vêtement qui te garde prisonnier de la tristesse et des pensées qui ne s’arrêtent pas… ça y est?  alors maintenant tu peux entrer… promène-toi dans cette chambre et choisis l’endroit où tu veux te poser… les coussins dans lesquels tu vas te blottir… et laisse ces coussins d’amour te serrer dans leurs bras… tu sens comme ton coeur devient léger et lumineux ??? comme le silence se fait dans ta tête et comme tu te sens bien dans ces coussins d’amour ?… quand tout est silencieux et que tu te sens détendu et joyeux tu peux à ton tour faire un gros câlin aux coussins… leur dire merci… et sortir de cette chambre… et on va ouvrir la dernière porte… celle qui est au milieu… doucement… on regarde dedans… ici c’est la chambre d’arc-en-ciel… c’est la plus grande des trois… mais pour y entrer tu dois retirer le vêtement de la peur… c’est bon ?… tu peux entrer … c’est super parce que tu peux jouer avec l’arc-en-ciel… tu peux te baigner dans toutes ses couleurs… tu peux jouer de la musique… tu peux danser et chanter sur l’arc-en-ciel… tu peux faire des cabrioles… c’est trop rigolo… et plus tu joues avec lui… plus tu te sens bien… paisible… tranquille dans ton coeur… tu peux même sentir ton coeur qui grandit… qui grandit… qui grandit… et qui devient comme l’arc-en-ciel… tout léger… et tu peux t’y reposer un moment… et tu deviens encore plus grand…. tu peux sentir le ciel tout entier dans ton corps… tu le sens ??? c’est génial… eh bien quand tu es aussi grand que le ciel et que ton coeur est comme un arc-en-ciel… tu n’as plus peur de rien… tu peux essayer de faire des choses qui te faisaient peur… et tu verras…. tu y arrives !… essaye… Tu as vu ?… ça marche !… alors quand tu seras sorti de ta maison secrète… tu sauras que tu peux dépasser tes peurs et que cela te fera grandir… grandir dans ton coeur… n’oublie pas de venir dans ta maison quand tu seras triste, fâché, jaloux, malade…ou quand tu auras trop peur… tu y penseras ??? tu pourras aussi demander à tes parents de t’amener à ta maison qui fait grandir… et maintenant il est temps de sortir… et d’ouvrir tes yeux… de t’étirer… et on se retrouve bientôt…

Podcast et intermède musical: La maison aux trois chambres

Haut de page

Méditation pour enfants

Une nouvelle rubrique s’est ouverte dans l’espace de ce blog : Méditation pour enfants ! Rubrique destinée aux enfants… pour les accompagner à grandir émotionnellement et spirituellement. J’y propose de courtes méditations que les enfants pourront écouter et pratiquer en tant que tel, le mieux étant bien entendu de pratiquer avec leurs parents, ou l’adulte qui s’occupe d’eux ! Il est primordial de donner la possibilité à un enfant de se construire émotionnellement et spirituellement, non pas à travers des théories mais bien plutôt à travers les expériences quotidiennes. Seul, il ne peut le faire ! Il a besoin d’un guide, d’un maître, d’un « éducateur », tout comme pour tout autre apprentissage ! Alors, à vous, parents, grands-parents ou responsables d’éducation, je propose de mettre en pratique avec les enfants, ces principes spirituels sous forme de méditations, d’histoires à raconter ou d’exercices en cas de crise. Les occasions sont nombreuses en une seule journée !!!
Il est important que l’enfant puisse apprendre à reconnaître ce qui se passe en lui. Apprendre à devenir conscient des mécanismes qui le freinent dans sa liberté spirituelle, dans sa respiration, dans son élan d’amour pur. Qu’il soit en colère, triste, agité, irritable, agressif ou totalement replié sur lui-même ne le laissez pas s’engluer (et vous non plus !) dans son magma émotionnel. Profitez de cette occasion pour « laver », purifier son coeur en utilisant le souffle. Respirez avec lui, soufflez les nuages de son coeur et du vôtre, gonflez des ballons d’amour, visitez les pièces de sa maison intérieure… utilisez l’exercice que vous sentez être le mieux approprié à la situation, cela ne vous prendra que quelques minutes et fera toute la différence pour la prise de conscience de chacun ! L’enfant pourra alors poursuivre sa vie d’enfant heureux et vous la vôtre tranquille et bienveillant, sans inquiétude. Tout le monde se trouvera grandi dans son coeur, et chacun pourra expérimenter l’immensité du ciel pur de la conscience quelques minutes par jour au début, puis de plus en plus souvent…. jusqu’à pouvoir gérer ses émotions, son mental et suivre la voix divine qui le guide !
L’enseignement spirituel n’attend pas pour être pratiqué, il devrait pouvoir être un acte naturel d’hygiène, au même titre que n’importe quelle méthode d’hygiène corporelle !
Rûmî dit : « L’enseignement est comme une lampe allumée qui donne un baiser à une lampe qui ne l’était pas encore, puis s’en va… »
Prendre un enfant dans ses bras, le serrer sur son coeur et partager avec lui le souffle divin, est le meilleur moyen de transmettre l’enseignement !

Méditation pour enfants

Haut de page

Les ténèbres de l’ignorance

Mes marches très matinales me donnent toujours matière à méditer… à écouter… à recevoir… à me nourrir ! Ce sont des temps forts indispensables à mon équilibre, à mon coeur et à mon âme !
Je ne peux m’empêcher de comparer les ténèbres de la forêt, avant les premières lueurs du jour, aux ténèbres de l’ignorance ! Alors que tout est encore enveloppé dans le manteau de la nuit, avant de percevoir les animaux, les détails de la forêt, j’aime ressentir la paix profonde qui règne au-delà du noir ambiant. J’aime marcher sur ces chemins à peine perceptibles, et avancer sans trop perturber la vie qui se déroule au coeur de cet espace encore caché à mes yeux ! Et je me dis, là, au coeur de la nuit, que finalement les ténèbres de l’ignorance sont identiques ou comparables à celles de la forêt ! Au premières lueurs du jour, avec le gazouilli des oiseaux la forêt s’anime, et que dire lorsque les premiers rayons du soleil pénètrent la forêt ? Lorsqu’à l’effleurement de la lumière les ténèbres se retirent silencieusement faisant place à la beauté qui s’éveille, découvrant les myriades de perles de rosée scintillantes, les étirements de brume, le frêle tremblement des feuilles à la caresse de la chaleur naissante ? Tant de richesses mises en valeur par la Grâce de la Lumière !
Oui, je ne peux m’empêcher de comparer les ténèbres de l’ignorance à celles de la forêt… elles impressionnent seulement si la peur prend le dessus, si les « animaux des émotions », se sentant en danger, surgissent bruyamment des profondeurs de l’ignorance. Combien de fois ne sommes-nous pas surpris de nos propres réactions face à quelque chose d’innatendu ? Combien de fois nos émotions ne nous sautent-elles pas à la tête où à celle de notre interlocuteur uniquement parce qu’elles se sentent prises au piège du filet des ténèbres de l’ignorances ? Combien de fois ne sommes-nous pas surpris par la peur, égarés que nous sommes dans les méandres du mental ? Que surviennent les premières prises de conscience ou  « lueurs du jour »,  dissolvant un tant soit peu l’épaisseur des ténèbres, et voilà que déjà quelques « animaux-émotions » peuvent se calmer et que dire lorsque les premiers rayons du « soleil de la sagesse » touchent les filets des ténèbres de l’ignorance et découvrent les splendeurs de la nature intérieure? Toute peur s’évanouit à la vue de la lumière ! La Vérité est venue et l’erreur à disparu (Coran)

Podcast et intermède musical: Les ténèbres de L’ignorance

Haut de page