Archives de tags | engagement

Aimer et respecter ses engagements

Haut de page

Aimer et respecter ses engagements

Il est question de plus en plus souvent de burn-out, de démotivation, d’insatisfaction en tout genre et de lassitude de la vie. Quel dommage ! La vie est si riche et si belle ! Si simple ! Quel besoin de la rendre triste et amère ? Quel remède pourrait lui rendre ses couleurs de joie, de bonheur, de bien-être et d’amour ?
Je crois que la réponse se trouve au plus profond du coeur de chacun ! Mais qu’elle n’arrange pas… parce qu’elle ne peut trouver de responsable à l’extérieur ! Le véritable responsable est bien là, en soi !  Il n’est autre que « La peur de l’engagement » !
Aimer et respecter ses engagements comporte un risque majeur pour beaucoup ! Cela signifie qu’il faudrait commencer par aimer ce que nous sommes, ce que nous montrons aux autres… aimer ce que, souvent, l’individu ne peut accepter pour lui-même ni regarder avec bienveillance. Aimer la vie que chacun choisi de vivre et assumer les conséquences de ses choix !  Aimer et respecter ses idéaux pour pouvoir respecter ses engagements quels qu’ils soient !
Je crois que le remède principal est tout simplement l’Amour ! L’amour de l’instant, l’amour de la liberté de choix, l’amour de soi et des autres, l’amour du travail, l’amour de la Vie.
L’Amour divin contient TOUT, ne l’oublions pas, jamais ! Dans le monde de l’Amour divin, il n’y a ni bien, ni mal, ni juste ni faux…. il y a TOUT.
Ce qui rend l’amour humain difficile, ce sont les notions que chacun comprend et projette selon ses propres émotions. Ce qui signifie que pour un individu une situation peut être « juste » alors que pour un autre la même situation sera « fausse » uniquement de par leur compréhension et projection émotionnelles. C’est pourquoi il est si important de pouvoir aimer et respecter nos propres engagements, les honorer et ne pas juger !
Apprendre à aimer, regarder, apprécier l’instant tel qu’il est maintenant, sans attente, ouvre la porte à l’Amour du Bien-Aimé !
Aimer et respecter ses engagements, c’est pouvoir cesser les revendications pour que les autres changent ce qui dérange ! Si chacun pouvait aimer et respecter ses propres engagements, il n’y aurait pas autant de drames quotidiens, de haine, de suspicion, de violence verbale et physique entre les peuples, dans les entreprises, les sociétés, les familles !
Aimer et respecter ses engagements, commence par une question : « Suis-je en accord avec ce choix, cette décision ? Suis-je prêt à assumer ce qui découlera de cet engagement ? » La deuxième question étant : « Qu’est-ce qui me motive réellement dans cette démarche ? »
Je vous invite à prendre quelques minutes pour regardez en dehors de tout jugement, une situation de votre vie dans laquelle vous avez aimé et respecté vos engagements comment vous sentez-vous ? Et si vous regardez, hors tout jugement, une situation dans laquelle vous n’avez pas aimé ni respecté vos engagements, qu’en est-il ?
Quelles conclusions pouvez-vous en tirer ? Qu’êtes-vous prêt à mettre en oeuvre maintenant ?

Podcast et intermède musical: Aimer et respecter ses engagements

Haut de page

Engagement et fidélité, des valeurs qui font défaut.

L’indifférence sur laquelle est fondé le monde veut que les notions d’engagement et de fidélité soient mises à l’épreuve,  comme pour interpeller les individus à s’interroger sur le sens des valeurs fondamentales. Sur le sens à donner à la vie. Sur le sens de la présence de Dieu et l’importance de posséder une « colonne vertébrale spirituelle » pour agir avec discernement et vigilance. Engagement et fidélité sont aujourd’hui des valeurs qui font défaut, des valeurs qui font peur, qui portent une responsabilité que beaucoup ne veulent plus assumer ! Quel dommage ! Pourtant ces deux valeurs sont inséparables et indispensables pour le bon fonctionnement des sociétés, des relations, des entreprises. Comment imaginer que le monde fonctionne harmonieusement si l’une de ces valeur n’est pas mise à l’honneur ? Comment imaginer que quiconque puisse s’engager dans quoi que ça soit sans fidélité à son engagement, ou puisse être fidèle dans ses entreprises sans s’engager pleinement ? Comment croire qu’il est possible de s’engager dans une voie tout en en convoitant une autre ? Comment prétendre à une quelconque fidélité si aucun engagement n’est manifesté ?
Lorsque engagement et fidélité ne sont pas mis à l’honneur, qu’ils sont ignorés, il en résulte, tôt ou tard, solitude, souffrance et dépression ou désespoir. C’est le chaos intérieur et extérieur, l’anarchie. C’est une source de souffrance pour les individus, de souffrance profonde, qu’ils ne veulent pas quitter de peur d’avoir à assumer leurs décisions. Pourtant, chacun est seul responsable d’assumer les conséquences de ses actes et ne peut en aucun cas demander à quiconque de le faire à sa place. Je crois que seul, le retour à une prise de conscience de notre nature profonde spirituelle peut rétablir l’équilibre dans la vie des individus.
Qu’en est-il dans notre vie de notre engagement et de notre fidélité à Dieu en nous ? Qu’en est-il de notre foi en Ses valeurs ? Qu’en est-il de notre responsabilité à manifester humblement engagement et fidélité dans tous les domaines de notre vie ? Jusqu’à quand l’homme fera-t-il comme s’il ne savait pas tout cela ? Jusqu’à quand l’homme ignorera-t-il d’agir avec discernement et vigilance ? Jusqu’à quand et jusqu’où ira-t-il dans la souffrance ?

Podcast et intermède musical: Engagement et fidélité

Haut de page

La voie du détachement

Vaste sujet que celui de la voie du détachement ! Sujet qui me tient à coeur et qui, à lui seul, pourrait servir de méditation et de cheminement spirituel. Sujet à explorer, expérimenter, vivre et s’y abandonner!

Au chapitre trente-neuf du Livre du Dedans, Rûmî nous parle de la voie du détachement en ces mots :
« La voie du détachement est une voie par laquelle tu arrives à satisfaire tous tes désirs. Tu sais que tout ce que tu avais désiré se réalisera sûrement dans cette voie. Quand tu auras choisi la voie du détachement, tu accumuleras les victoires. A l’inverse des autres voies : quand on les parcourt et que l’on fournit des efforts, sur cent mille personnes une seule atteint le but, sans que son coeur soit pour autant satisfait et en paix; pour chaque voie, il existe des moyens pour parvenir au but. Quand tu es entré dans le monde du détachement et que tu t’y exerces, Dieu le Très Haut t’octroie des mondes que tu ne t’étais pas figurés. »
Lorsque nous désirons sincèrement quelque chose, non pas uniquement pour s’enrichir matériellement mais bien plutôt pour nourrir un besoin du coeur ou de l’âme, que nous nous impliquons dans sa recherche avec amour et confiance, sans relâche, arrive un jour, où à l’intérieur de notre coeur, l’amour change ! Et comme par enchantement, ce que nous avions espéré posséder, ce que nous avions tant désiré devient sans importance en comparaison de la grandeur d’Amour qui s’éveille alors à notre conscience ! Et pourtant Dieu nous accorde tout ce que nous avions souhaité et bien plus encore ! Sans compter, avec Générosité Il nous comble de Son Amour ! « L’amour ne se détruit que par un autre amour ! » Cet adage prend tout son sens dans la voie du détachement ! Seul un Amour plus Grand peut combler tous nos désirs pour autant que nous choisissions de  nous investir dans cette voie ! Et rien n’est jamais acquis une fois pour toute ! Chaque jour, nous avons la responsabilité de poursuivre sur cette voie et de glaner les richesses octroyées ! C’est ainsi que la paix réside dans le coeur, que le silence règne dans la sphère émotionnelle et que la tranquillité réside dans le corps ! Autrement dit : « Ni la faim, ni la soif, ni la fatigue ne trouble celui qui marche sur le chemin de Dieu. » « Pour quiconque renonce à soi-même, nous dit encore Rûmî, tous les buts, religieux et profanes deviennent accessibles. »

Il est survenu l’Amour
Comme le sang il coule dans mes veines
Il m’a vidé de moi
Il m’a rempli de l’Aimé
L’Aimé a envahi
Chaque parcelle de mon être
De moi ne reste qu’un nom
Tout le reste, c’est Lui

Podcast et intermède musical: La voie du détachement

Haut de page

Le jardin d’Eden

Lors de la création du monde, c’est à l’homme que Dieu confia la garde du maintien de son bon fonctionnement, de l’harmonie des différents règnes déjà présents sur terre : les minéraux, les végétaux et les animaux. L’homme étant celui à qui était confié cette tâche, Dieu demanda à tous les êtres déjà créés de se prosterner devant lui. Tous le firent, excepté Iblis, ou Lucifer. Vexé qu’un être d’argile soit le garant du monde, alors qu’il était lui, un être de feu. Il demanda une faveur à Dieu avant d’être chassé du « Paradis ». Il lui demanda l’autorisation d’être en charge de distraire l’homme de la Voie de Dieu, faveur qui lui fut accordée jusqu’au Jour du Jugement. Nous connaissons tous l’histoire d’Adam et Eve, qui avaient reçu en héritage le Paradis sur terre, la Connaissance, le jardin d’Eden. Ils jouissaient de tout ce qui vivait sur terre, sans avoir besoin de rien. Ils ne connaissaient ni fatigue, ni faim, ni soif. TOUT leur était accordé, jusqu’au jour où Satan les interpella. Ce fut la fin du jardin d’Eden…
Nous connaissons le jardin d’Eden extérieur par les récits mais que savons-nous du jardin d’Eden intérieur ? N’est-il pas le même ? N’est-il pas dit aussi dans les textes sacrés : « Celui qui se connait, connait son Seigneur »? Comme il nous est difficile d’avoir une vision de l’ensemble de la création, d’en comprendre ses mystères, nous avons un univers miniature en nous, qui reflète exactement, les Grands mystères ! Si nous y regardons d’un peu plus près ne pourrions-nous comprendre le mystère du jardin d’Eden en ces termes : « Iblis n’est autre que notre égo, chargé de nous maintenir dans un monde d’illusion, de nous distraire, de nous faire manger n’importe quoi, n’importe comment, n’importe quand ? Manger… non seulement des aliments, mais des croyances, des émotions, des attitudes… des souffrances… » Partir à la rencontre de notre Iblis intérieur, de notre Satan, de notre égo, d’apprendre à le connaître, à comprendre sa colère d’avoir été déchu, ne pourrions-nous pas alors comprendre ce qui nous anime ? Ne pourrions-nous sortir de nos prisons émotionnelles, psychiques, spirituelles ? De nos douleurs physiques, des maladies, des croyances erronées que nous prenons pour « paroles d’évangile » ? Ne pourrions-nous retrouver alors ce Jardin d’Eden ? Rien n’est perdu à tout jamais ! Il nous est possible à tout moment de revenir à la conscience du début des Mystères. Cela nous demande un engagement, beaucoup d’investissement personnel, de renoncements personnels, de pratiques et de sincérité. Cela demande de renouer avec une force intérieure oubliée depuis bien longtemps…, une Foi sincère ! Une capacité à s’en remettre à la Force d’Amour Divin, comme un nourrisson s’en remet à l’amour de ses parents ! Une confiance absolue que nous ne serons pas lâchés ! Cela demande une intention sincère, du fond du coeur de retrouver Sa Maison, Sa Sagesse, Son Amour, Son Pardon. Tout cela nous concerne nous-mêmes ! Avant de comprendre Son Amour, nous devrions pouvoir être conscients que c’est de notre amour qu’il s’agit ! de notre capacité à nous aimer nous-mêmes, à aimer les autres créatures telles qu’elles sont, pour ce qu’elles sont : Des être spirituels qui vivent une expérience terrestre ! Comprendre notre amour revient à accepter et être conscients, que nous sommes issus de l’Amour Infini de Dieu, que nous ne sommes en rien séparés de Lui ni des autres créatures. Que tous nous procédons de la Grande Félicité ! Retrouver Sa Maison, c’est devenir conscients qu’Elle est en nous, puisque nous sommes issus d’Elle et constitués d’Elle ! La Grande Félicité ! Retrouver Sa Sagesse, revient à renoncer à nos attachements émotionnels, affectifs, psychiques, spirituels, sociaux pour retrouver la Simplicité de la Sagesse qui nous anime et retrouver Son Pardon revient à nous souvenir et agir « par don d’amour » envers tous les autres êtres quels qu’ils soient !
La garde du maintien de l’équilibre et du bon fonctionnement du monde est notre tâche personnelle, individuelle, intérieure ! Si tous nous retrouvions Sa Maison, Sa Sagesse, Son Amour et Son Pardon en nous-mêmes, alors nous pourrions retrouver et vivre Le jardin d’Eden au quotidien en nous, et pour le bénéfice de tous !

Podcast et intermède musical: Le jardin d’Eden

Haut de page