Archives de tags | Foi

Mises à l’épreuve

Combien de fois par jour sommes-nous, tous, confrontés à des mises à l’épreuve ? Que ça soit des mises à l’épreuve relationnelles, émotionnelles, professionnelles, matérielles ou alimentaires, peu importe, le message est le même ! La Source est unique ! Pour chaque mise à l’épreuve, l’origine est Dieu ! Chaque épreuve est une invitation à revenir à Lui, Dieu. A ne pas nous laisser distraire, nous égarer du chemin qui mène au Trésor. Souvenez-vous, Dieu a dit : « J’étais un trésor caché et j’ai voulu être connu. »
A chaque fois qu’une mise à l’épreuve survient, nous sommes interpellés sur notre motivation profonde à Le rejoindre, à Le manifester. Il est dit dans le Coran : « Nous les avons éprouvés par les biens et les maux, peut-être reviendront-ils ? » Oui, Dieu l’Unique, nous éprouve par des belles choses, de grands bonheurs, de grandes joies, des richesses de toute nature : conjoint aimant, enfants, biens matériels, réussite professionnelle, personnelle, sociale, etc…  tout autant que par des difficultés, souffrances, maladies, intolérances alimentaires, séparations, pertes de biens, de facultés physiques, etc… Il vérifie en quelque sorte, de notre Vérité intérieure, de notre « discipline », de nos intentions et de notre détermination à Le manifester ! C’est Sa manière de nous dire qu’Il compte sur nous, que nous avons un rôle à jouer, que ce monde n’a pas été créé juste pour Le distraire, Lui, Dieu. Il nous invite à travers ces mises à l’épreuve à revenir encore et encore, à se souvenir de Lui, à manifester reconnaissance et gratitude !
Sage est celui qui peut faire preuve de reconnaissance et de gratitude dans chaque situation : Les belles comme les douloureuses ! Celui qui peut affermir sa foi sans relâche. Celui qui reste en paix dans son coeur et qui reconnait que tout provient de Dieu et non pas des situations vécues. Celui qui accepte d’être au service de la Grande Félicité, d’être une pièce maitresse dans ce qui le dépasse et ne comprend pas, celui qui se laisse guider et porter, celui qui obtempère. Oui, être éprouvé est parfois difficile à gérer parce que nous voulons réussir par nous-mêmes ! Or comment imaginer pouvoir agir autrement que mû par le courant dans lequel nous sommes immergés ? Imaginez qu’un gant veuille bouger alors qu’aucune main ne se trouve à l’intérieur de lui ! Ou une chaussure marcher alors qu’aucun pied ne la porte !

Podcast et intermède musical: Mises à l’épreuve

Haut de page

La lumière de la foi

La lumière de la foi a été déposée dans le coeur de l’homme par Dieu, pour qu’il puisse discerner le beau du laid. C’est parce que cette lumière brille au plus profond du coeur de l’homme, qu’il connaît la Beauté. Comment pourrait-il savoir s’il n’avait vu Beauté sublime que pareille chose puisse exister ? Oui, Dieu n’a pas de contraire, il a dit : « J’étais un trésor caché et j’ai voulu être connu ». L’homme, par la lumière de la foi, est tenu de laisser briller la beauté de ce trésor caché au coeur de son coeur !
L’homme est pris entre deux manifestations : il possède à la fois la Connaissance, la raison pure et à la fois l’animalité. Il est en litige entre ces deux ! Il est empli « d’idoles » que sont la cupidité, l’envie, la jalousie, le désir, la haine, l’ignorance… et leur obéit … et il est empli de tous les attributs divins et doit apprendre à s’y soumettre, à les manifester, à les laisser se matérialiser à travers ses actes. Tâche difficile que Dieu lui a confiée ! Pourtant Dieu ne confie pas au hasard les tâches, il offre tout ce qu’il faut pour les accomplir ! Sa Bienveillance et sa Générosité sont sans limites ! Quand bien même, l’homme croit pouvoir chasser hors de lui, par ses propres moyens, les démons ces idoles qui l’habitent, il se rend compte après bien des efforts, que seule la lumière de la foi lui permet de s’en remettre à Dieu, d’implorer son pardon et son amour pour enfin,  se laisser guider par Lui sur le chemin de l’Eveil et de la Libération. Si tant de « démons » n’avaient été mis dans le coeur de l’homme, comment pourrait-il savoir que tant d’Amour et de Lumière attendent à être manifestés ? L’homme ne connait les choses que par leurs contraires ! Ainsi donc, si l’homme prend conscience des « poisons », des idoles dont il se nourrit, inévitablement, à un moment, il cherchera l’anti-dote ! Inévitablement à un moment dans sa vie, il cherchera ce qui se cache derrière les ténèbres de l’ignorance… il sera alors appelé à se laisser dépouiller par les Grâces divines, d’une manière qu’il ne pouvait imaginer avant qu’Elles n’arrivent!

Podcast et intermède musical: La lumière de la foi

Haut de page

A chaque jour suffit sa peine

Nous pouvons lire dans les textes sacrés : « A chaque jour suffit sa peine » et pourtant chaque jour nous avons tendance à l’oublier ! Oui, chaque jour nous tous ou presque, oublions de ne pas nous encombrer des situations passées, des rancunes d’hier, des blessures d’autrefois, des querelles anodines au fond, et qui, pourtant, à force de les ressasser sont devenues dramatiques, source de véritables conflits, de souffrances voire de maladies !
A chaque jour suffit sa peine signifie bien pourtant l’inutilité de se charger du fardeau d’hier ! Hier est passé et ne reviendra plus, demain n’existe pas encore, seul aujourd’hui est ! Si nous restons accrochés aux émotions, peurs, situations conflictuelles passées tout comme aux belles choses, nous ne sommes tout simplement pas disponibles pour vivre sereinement aujourd’hui et célébrer les louanges divines ! Non seulement nous n’avons pas honoré hier puisque nous sommes restés accrochés à un fragment d’hier, mais nous le gardons bien ficelé sur notre coeur, alourdissant ainsi la charge d’aujourd’hui ! Quel gaspillage ! Etres de peu de Foi que nous sommes ! A chaque jour suffit sa peine nous dit pourtant que rien ne sera insurmontable aujourd’hui, si nous vivons simplement les situations comme elles se présentent… : un apprentissage dans l’application de la Foi !
Nous sommes issus d’une Source d’Amour infini, nourris et chéris, ne manquant de RIEN, possédant TOUT ! Aucun fardeau ne sera trop lourd ni pour nos épaules, ni pour notre coeur ! A force de garder sur le dos et sur le coeur les charges passées, combien d’entre-nous finissent en « burn out » ?Il suffit pourtant de si peu pour se décharger, chaque soir, du poids des peines quotidiennes ! Il suffit de prendre un temps pour honorer Dieu, pour Le glorifier, pour implorer Sa bénédiction et en un clin d’oeil, nous sommes libres de toute peine, de toute charge, de tout encombrement ! Prendre le temps de laisser derrière soi colère, attachement, peurs, envie, jalousie, cupidité, tracas, conflits et mesquineries… tout ce qui nous procure un alibi en fait pour ne pas vivre simplement le bonheur divin. Si nous prenons le temps de poser un regard bienveillant, chaque soir, sur les situations, les personnes que nous jugeons responsables, y compris sur nous-mêmes, si nous prenons un temps pour remercier de ce jour, de ces expériences, pour demander un « don d’amour » où déposer nos manquements, nos erreurs, nos violences verbales, énergétiques ou physiques, alors nous serons surpris de voir grandir en nos coeurs, la joie, la légèreté, la bonté, la compassion et l’amour. Nous serons surpris alors, de comprendre que notre vie finalement n’est faite que « d’aujourd’hui » sans hier ni demain…. faite d’instant « présent », d’instant où nous sommes présents à la Vérité divine, à l’Amour divin… Présents à servir le Plan divin, les autres, nous-mêmes. Présents à utiliser les ressources infinies déposées en nous, en toute confiance, sereinement, joyeusement et généreusement ! Présents pour vivre paisiblement, silencieusement, tranquillement dans la Conscience de la Grande Félicité.
A chaque jour suffit sa peine, nous dit aussi que nous ne pouvons pas porter le fardeau de qui que ça soit, que nous ne pouvons pas priver qui que ça soit de ses expériences mais que nous avons tous la possibilité de porter un regard bienveillant sur le fardeau d’autrui et de ce fait ne pas l’alourdir !
Grandes sont les ressources d’Amour mises en nos coeurs !

Haut de page

Les masques

D’une part, les masques font rêver, permettent d’expérimenter différentes facettes de notre personnalité, de partir à la conquête de potentiel bien gardé, voire de dépasser la timidité . A chaque époque de sa vie l’homme expérimente les jeux de masques. Quel enfant ne s’est pas caché, dans ses jeux, derrière un masque ? Qui n’a pas rêvé de vivre dans la peau d’un héro, imaginaire ou légendaire, pour quelques instants ? Qui n’a pas aimé se grimer à une ou l’autre occasion ? Et d’autre part, les masques peuvent être de véritables carcans, de véritables prisons émotionnelles ! Combien portent un masque sans même s’en rendre compte ? Combien se cachent derrière un masque de bonne humeur ? Derrière un masque de « tout-va-bien », ou de souffrance, de victime ou au contraire d’invincible, de « dur ». Combien sont coincés derrière un rictus ? Combien de fois chacun d’entre nous, ne s’est-il pas surpris, figé dans une expression inappropriée, simplement par protection ou par peur de ses propres émotions ? Et finalement que se passe-t-il derrière les masques ? Que se passe-t-il lorsque nous retirons un masque ? Qu’avons-nous, ou qu’aurions-nous l’opportunité d’apprendre en mettant et retirant des masques ?
Il est bien évidemment plus facile de voir les masques des autres que nos propres masques ! Souvent la personne cachée derrière un « masque-émotion » est bien la seule à ne pas se rendre compte de ce qu’elle montre en réalité, tant elle fait d’efforts pour maintenir l’apparence du leurre ! J’ai récemment été très frappée de voir une personne figée dans une expression de souffrance morale, alors qu’elle vivait un moment de grand bonheur potentiel ! Dans ce cas, ni la souffrance ne peut être guérie et libérée, ni le bonheur ne peut être vécu ! Quel dommage ! L’effort fourni pour maintenir le carcan de la souffrance est pire que la souffrance elle-même ! La souffrance pourrait s’estomper, se guérir si la peur ne la tenait pas prisonnière ! Et le bonheur pourrait à son tour être vécu si la peur ne le tenait pas, lui aussi, prisonnier !
Du courage, il en faut, de la Foi, il en faut aussi pour sortir de derrière un « masque-émotion ». Reconnaître qu’un masque est si fortement incrusté sur le visage et sur le coeur demande de l’humilité et une fois reconnu, demande du courage pour entreprendre la traversée des émotions. Toutefois, c’est la Foi en l’Amour divin, la Foi en la richesse des potentiels mis à disposition par la main divine, qui va permettre de guérir et de quitter le masque. C’est la Foi qui permet de traverser les grands séismes émotionnels, les grands chambardements. Toute croissance se fait grâce à la traversée de la douleur, car c’est elle, la douleur, qui libère la force des potentiels enfouis.

Podcast et intermède musical: Les masques

Haut de page

Se libérer de soi-même

Tout chercheur de Vérité, quelque soit la voie empruntée, est appelé à se libérer de lui-même. Qu’est-ce que cela implique exactement ? Que signifie : « Se libérer de soi-même«  ? Chaque tradition en parle avec ses mots, voici ce qu’en dit le Livre du Dedans au chapitre 17.
L’homme s’imagine pouvoir chasser hors de lui-même les caractères vils par sa propre action et sa propre lutte. Quand il a fourni assez d’efforts et prodigué beaucoup de moyens, il est déçu. Dieu le Très Haut lui dit : Tu avais imaginé pouvoir te libérer par tes propres forces et actions. Tels sont les préceptes que Nous avons imposés : Que tu dépenses dans Notre voie tout ce que tu possèdes; ensuite viendra Notre absolution. (…) Tu marches tant dans ce chemin que tu seras épuisé, que tu tomberas et qu’il ne te restera plus de force, alors la Grâce de Dieu viendra à ton secours. Ainsi prend-on le nourrisson dans les bras, le soigne-t-on, et quand il a grandit on le laisse libre de marcher. Nous t’avons octroyé des grâces afin de recevoir des forces pour Nous chercher sans perdre espoir. Au moment où tes forces défaillent vois Nos grâces, Nos absolutions et Nos faveurs qui descendent en abondance sur toi et dont tu ne voyais pas un atome par cent mille de tes efforts.
Ainsi donc, nous pourrions dire que se libérer de soi-même est un acte de soumission aux Forces divines (cf. méditation: étreinte chaleureuse). La pratique persévérante de la méditation ne devrait pas représenter un effort en soi, mais devenir une hygiène de vie, un besoin fondamental ! Se libérer de soi-même, s’est accepter de traverser les noirceurs des émotions, des conditionnements et de l’ignorance en toute confiance, guidé par les Voix divines, doté des grâces de Dieu, dans une Foi absolue ! S’est marcher sans relâche, sans se soucier des difficultés du chemin, sans se retourner, sans craindre de perdre les certitudes auxquelles nous nous sommes identifiés, sans craindre les mystères et l’abondance des Grâces divines. Se libérer de soi-même, s’est s’ouvrir à l’Amour divin, au Service divin, à l’absence des désirs égoïstes. C’est renoncer à « passer » en premier, à faire comme si nous étions seuls au monde. En simple, c’est s’ouvrir aux autres ! Servir quelque soit la tâche demandée ! Servir sans avoir peur de donner son temps, sans compter ce que cela coûte en terme d’investissement personnel. Donner et servir avec Joie et Simplicité ! Il est dit dans les textes sacrés : « Nul ne souffre de la faim, de la soif ni de la fatigue s’il marche sur la Voie de Dieu ». Les oiseaux se soucient-ils de ce qu’ils mangeront demain ?
Lorsque nous marchons en caravane dans le désert, ou en cordée en haute montagne, nous sommes reliés aux autres, nous sommes obligés de tenir compte de tous les autres. Bien que chacun ait son activité bien définie, son parcours, sa marche à effectuer, des épreuves à dépasser, il n’en reste pas moins intimement lié aux autres. Si nous comprenons le sens profond de « nous sommes tous unis », alors nous pouvons nous laisser dépouiller de nous-mêmes, franchir les étapes les unes après les autres et entrer librement dans l’immensité de la Grande Félicité.

Podcast et intermède musical : Se libérer de soi-même

Haut de page