Archives de tags | lumière

Etre Dieu en Dieu

Etre Dieu en Dieu est une notion bien abstraite pour beaucoup d’entre nous. J’aimerais tenter de vous rendre plus accessible cette notion, pourtant si évidente, à l’aide d’une métaphore. Imaginez que notre corps soit tel un photophore et que la lumière qui brille à l’intérieur soit une manifestation de Dieu. La Source (DIEU) étant pure Lumière contenant tous les photophores, toutes les formes matérielles que notre monde contient et que contiennent tous les univers ! Océan de Lumière infini, Dieu, Lumière si intense à la vibration si rapide que la vibration lente et dense du photophore que nous sommes ne peut voir ni même imaginer !  Voilà pour le décor !
Etre Dieu en Dieu signifie que Dieu qui anime le photophore que nous sommes, la lumière contenue dans notre photophore, est une parcelle de l’immensité de pure Lumière divine et que cette infime partie de Dieu rend notre photophore vivant dans l’immensité de l’Océan de Lumière ! Comme un photophore peut être plus ou moins transparent, plus ou moins opaque, plus ou moins épais, la lumière qui se dégagera de lui sera proportionnelle à sa densité. De même pour nous ! Plus nous aurons de tensions, de luttes, de répulsions, de conflits intérieurs plus faible sera la lumière se dégageant de notre photophore et plus difficile sera la prise de conscience que nous ne sommes pas le photophore mais bien la lumière qui brille à l’intérieur indépendamment de l’aspect du photophore et que nous ne sommes pas séparer, étrangers les uns des autres puisque nous voguons tous sur le même Océan ! Laisser Dieu être Dieu en nous, signifie donc devenir conscients que nous sommes une manifestation de Dieu qui expérimente la lumière à travers une forme physique ! Nous pourrions imaginer que plus la lumière brille plus le photophore se nettoie, un peu comme une vitre de cheminée quand le feu est assez intense pour brûler la suie collée sur le verre ! Moins le tirage est bon moins dense est le feu et plus les parois s’encrassent ! Plus nous laissons briller la Lumière de Dieu en nous, plus propres sont nos parois et plus transparents nous pouvons être ! Nous pourrions aussi dire que plus la Lumière brille plus nous nous soumettons à sa danse, plus notre photophore devient souple et plus nous devenons Lumière et Danse divines ! Et alors nous nous approchons de la signification de « être Dieu en Dieu ». Un être spirituel faisant une expérience humaine ! Lumière intense filtrée par un photophore !
Si nous laissions Dieu prendre soin de Dieu en nous, photophore, nous pourrions dire un jour : »JE SUIS DIEU » et non plus : « je suis ce corps qui souffre, qui change, qui vieillit, qui se raidit et qui finalement mourra » ! Nous pouvons alors comprendre que la mort n’est qu’un changement de vibration, que le corps appartient au monde de la matière, à une vibration plus basse tout en étant issu de l’immensité de l’Océan divin et que Dieu en nous retourne simplement à son univers de vibration rapide et invisible à la matière ! Lumière dans la Lumière !
Donc la mort est un retour à la Source et non une séparation ! La mort est une célébration de noces divines !
Etre Dieu en Dieu c’est vivre consciemment l’union en Dieu tout en expérimentant les limites de la matière; c’est être conscient que RIEN ne peut nous séparer de Dieu puisque nous vivons en LUI et par LUI.

Podcast et intermède musical: Etre Dieu en Dieu


 

 

Cd disponible sur le Web : Enchanted Wind

 

Haut de page

Et si nous choisissions le miracle ?

C’est un très vaste sujet que celui des choix ! Aujourd’hui, l’interrogation se pose en ces termes : « Et si nous choisissions le miracle ? »
Choisir le miracle plutôt que quoi ? Choisir le miracle plutôt que les griefs ! Choisir d’ouvrir plutôt que de fermer ! Choisir de célébrer plutôt que de renier ! Choisir d’honorer plutôt que de juger ! Choisir d’être plutôt que d’avoir ! Choisir d’aimer plutôt que de haïr ! choisir d’inviter plutôt que d’attendre !
Rappelez-vous une situation récente de votre vie où vous étiez appelé à choisir entre : le miracle et les griefs. Peu importe le choix que vous avez fait alors, il n’est pas question ici de juger, ni de condamner, ni même de critiquer. Il est juste question d’observer avec le coeur, ce qui aurait pu se dérouler avec l’aide du miracle…. et ce qui aurait pu se dérouler en choisissant les griefs !
Installez-vous dans le silence de votre coeur et laissez venir les différents sentiments pour chacune des deux possibilités. Ressentez clairement et sans jugement, tout ce que le choix du miracle ouvre comme possibilités, ce qu’il amène comme sentiment au fond du coeur, ce qu’il nourrit et ce qu’il fait grandir, ce qu’il ferme … et faites le même exercice avec le choix des griefs… ce qu’il offre comme possibilités, ce qu’il véhicule comme sentiment au fond du coeur, ce qu’il nourrit, ce qu’il fait grandir, ce qu’il ferme… Et maintenant choisissez consciemment pour la situation que vous regardez à la Lumière de l’Amour de Dieu, ce qui aurait pu et ce qui peut encore changer si vous laissez libre court au miracle d’agir ! Détendez et relâchez tout ce que vous avez retenu dans cette situation et ouvrez tout grand votre coeur au miracle ! Prenez le temps que vous avez besoin pour cet exercice, ne bâclez rien, soyez patient et bienveillant envers la situation, envers vous et envers la ou les personnes concernées par cette situation.
Vous pouvez prendre une décision aujourd’hui, celle de choisir à l’avenir, quelle que soit la situation à laquelle vous serez confronté, la solution du miracle plutôt que celle des griefs. Essayez d’appliquer cette règle durant une semaine entière, pour chaque situation, et à la fin de la semaine, ou à la fin de chaque journée, faites un bilan de ce qui se passe dans votre coeur et ce qui change autour de vous, dans vos relations.
Vous verrez à la fin de la semaine que c’est un choix gagnant en toute situation, et qu’il vous deviendra dès lors difficile, voire plus du tout possible de choisir de laisser les griefs gérer vos relations !

Podcast et intermède musical: Et si nous choisissions le miracle
CD disponible sur Amazon

Haut de page

L’homme ce créateur qui s’ignore

Selon le Hadith du Prophète : « Celui qui connait son âme connait son Seigneur » l’homme est invité à regarder au plus profond de lui-même pour tenter de comprendre « QUI IL EST » autrement dit : Dieu en lui. Or, cette introspection est chose particulièrement difficile ! Aussi longtemps que l’homme ignore « Qui » il est – Dieu en lui-même – , il ne peut « co-naître » son pouvoir créateur, il ne peut donner naissance à son pouvoir ni ne peut naître à son pouvoir. N’est-il pas noté dans les textes sacrés qu’il suffit à Dieu de dire « SOIS » pour qu’une chose soit ? En est-il vraiment autrement pour l’homme ? A-t-il conscience, l’homme, qu’il lui suffit de penser, pour que se mette en route un système de création (de sa pensée) et qu’il la manifeste ! L’homme, ce créateur qui s’ignore, possède des ressources illimitées !
Connaître son âme, cela signifie devenir conscient de la véritable nature qui réside au plus profond de soi. Conscient de la Grande Félicité, de l’Amour et de la Joie. Conscient de l’indissociabilité de l’âme, du mental et du corps ! Conscient que les inspirations de l’âme peuvent être créées par la pensée et manifestées dans la matière ! Conscient qu’il suffit au mental de dire « SOIS » à la nature de l’âme pour qu’elle devienne réalité physique ! Toutefois, cette pensée, d’être un créateur illimité, fait peur à l’homme ! Et cette peur le maintient ignorant de lui-même… Comment dès lors pourrait-il être conscient de son pouvoir ? De son âme ? De Dieu en lui ?
L’homme ce créateur qui s’ignore est appelé à sortir du filet des ténèbres dans lequel il se cache ! L’homme est appelé à ouvrir les portes de son coeur à la Lumière divine ! L’homme est appelé à réaliser qu’il est maître de ses pensées et qu’il choisi, seul, les difficultés et les épreuves dans sa vie ! Oui, seul ! C’est à lui qu’appartient la responsabilité de ses pensées et à personne d’autre ! Dès lors qu’il comprenne qu’il est (de par son mental) le « père créateur » (de ce qu’il croit ou du regard qu’il pose sur les possibilités d’être d’une situation), la naissance du « fils » (le résultat) sera conforme à la création ! Autrement dit : l’homme est seul responsable du résultat de ses pensées et actions ! De ce point de vue, l’échec n’existe pas ! L’homme réussit TOUT ce qu’il créé ! La trilogie qui gouverne la vie est simple : conception, création, expérimentation.
Pour sortir d’une situation devenue trop douloureuse ou trop insupportable il importe de concevoir les choses sous un angle nouveau, de changer de « point de vue »,  pour que puissent être créées de nouvelles expériences ! Et c’est ici que l’introspection est intéressante et que l’homme peut s’éveiller à son pouvoir créateur illimité ou devenir conscient de la véritable nature de son âme ! C’est lorsqu’une situation est arrivée à l’extrême du supportable que l’homme trouve le courage de regarder en lui… en fait de regarder Dieu ! L’homme passe alors du statut de créateur qui s’ignore à créateur conscient de Dieu en lui ! Il peut commencer à s’oublier lui-même pour devenir la manifestation divine qu’Il est (Dieu en lui) !

Podcast et intermède musical : L’homme ce créateur qui s’ignore
CD disponible sur Amazon

Haut de page

Ce que la joie permet

Nous allons aujourd’hui, les enfants, partir à la rencontre de ce que la joie permet de vivre lorsque nous la laissons se manifester !

Confortablement installé au sol, les jambes croisées, les mains posées sur les genoux, le dos bien droit sans crispation, les épaules détendues et relâchées, le menton un peu rentré pour étirer la nuque vers le ciel… sens-toi devenir aussi stable qu’une montagne et aussi immobile qu’elle… sens comme tu es fort en toi… ferme tes yeux et mets ton attention sur le rythme de ton souffle… laisse-le se faire… comme il est… observe et ressens… si tu as besoin de bâiller… fais-le… si tu as besoin de soupirer… fais-le… puis prends trois respirations lentes et profondes comme ça… et expire aussi lentement que tu peux… comme ça… écoute le bruit que ça fait… si ton ventre gargouille… ou si ça fait plus ou moins de bruit dans tes oreilles… laisse se faire tout ce qui a besoin… même rire… ou tousser… et détends tes épaules… tes mâchoires… ta tête… ton ventre… tes jambes et aussi tes mains… puis écoute encore comme ça devient calme maintenant… comme à la montagne… quand c’est tout calme, c’est facile d’aller dans le coeur… comme si on descendait les escaliers de la maison pour aller à la cave… sauf que dans le coeur… il y a toujours de la lumière … il y a toujours de la joie… même quand on est triste… ou fâché… ou carrément en colère très fort… si on ouvre la porte du coeur et bien on rencontre la joie qui joue… qui danse… qui chante… La joie elle ne sait pas ce que c’est la colère… elle ne la voit jamais tu sais pourquoi ? Parce que la colère quand elle entend la joie qui rigole et qui joue… elle ne peut pas rester en colère… elle se met à rire avec la joie et à jouer avec elle… elle redevient libre… légère et gaie… en fait elle devient de la joie ! … et c’est pareil pour la tristesse… pour la peur… pour les chagrins… tous ceux qui vont dans le coeur et qui ouvrent la porte de la joie… se transforment « illico presto » en joie ! Même pas le temps de dire abracadabra… que c’est déjà de la joie ! Essaye, tu verras… à peine que tu auras ouvert la porte de ton coeur tu vas la voir jouer, l’entendre rire… la voir danser… et elle va venir te prendre par la main pour que tu viennes jouer avec elle. La joie, elle aime que tout soit joyeux autour d’elle… elle aime tout… et tout le monde… comme il est… parce qu’elle sait, la joie, que l’amour est le souffle qui anime tout le monde …. Elle sait la joie, qu’il n’y a rien de plus drôle qu’elle et que tout le monde rit et sourit avec elle ! Elle sait qu’il y a toujours de la lumière dans le coeur de tout le monde… En fait la joie elle est toujours disponible… quand on l’appelle… quand on vient lui rendre visite… elle est toujours là… comme si elle nous attendait pour rire et danser avec elle… En fait la joie elle nous permet d’aimer et d’être heureux toujours… peu importe ce qui se passe en dehors du coeur… La joie elle nous rappelle que la vraie vie c’est dans le coeur qu’elle se passe ! même si il y a des choses difficiles à faire dans la vie d’un enfant… avec la joie qui te tient la main tu pourras tout faire… et tu pourras toujours être heureux, même si il y a des choses tristes qui arrivent dans la vie.
N’oublie pas, c’est dans le coeur qu’elle habite la joie ! Avec elle tu seras toujours heureux !

Podcast et intermède musical: Ce que la joie permet
A bientôt…..

Haut de page