Archives de tags | rûmî

Se réfugier dans la tranquillité de sa nature profonde

  1. Se réfugier dans la tranquillité de sa nature profonde Shemsi Husser 6:27

Haut de page

Pour garder un ami

Nous avons tous des amis. Des amis que nous croyons connaître, certains que nous connaissons peut-être bien, d’autres que nous apprécions beaucoup ou simplement des amis que nous nommons comme tels, mais qui, finalement ne le sont pas parce que nous ne les connaissons pas. C’est le cas des amis virtuels, des amis que nous croisons ponctuellement ici ou là, des êtres qui nous sont sympathiques avec qui nous aimons bavarder mais avec qui nous ne « vibrons » pas vraiment. Et puis il y a quelques amis, peu nombreux, avec qui nous nous sentons proches, avec qui nous « vibrons ». Ces êtres qui nous fascinent, qui nous font gravir des sommets que nous ne nous sentirions pas capables de gravir seuls. Je veux dire, des sommets intérieurs, des prises de conscience qui nous ouvrent les yeux sur certains aspects de la vie ou de nous-mêmes. Ces êtres que nous avons l’impression de connaître depuis toujours ! Ils nous paraissent comme Joseph, beaux, purs, lumineux ! Ces amis-là sont précieux. Pour garder un ami il importe de connaître son essence et si nous voulons ne pas le perdre, nous devons apprendre à le regarder au-delà de l’apparent !
Combien de fois ne vous est-il pas arrivé de perdre un ami pour une seule action déplaisante ? Combien de fois celui qui vous paraissait beau comme Joseph n’est-il pas retombé hors de votre champ de vision et n’a-t-il pas perdu toute sa beauté à vos yeux pour vous paraître laid et déplaisant ? Et vous l’avez perdu pour une seule action accidentelle ! Pourquoi ? Parce que vous ne l’aviez pas bien connu, pas pénétré dans son essence ! Pour garder un ami, il faut donc se voir parfaitement l’un l’autre et dépasser les qualités bonnes et mauvaises qui sont accidentelles en chacun, pénétrer dans sa pure essence (la sienne tout autant que la nôtre) et reconnaître que les qualités que chacun se donnent ne sont en réalité, pas les véritables !
Pour connaître véritablement quelqu’un il faut dépasser les faits bon et mauvais et chercher quelle est son essence et sa réalité ! (Rûmî)
Pour garder un ami, il importe donc d’arrêter de s’identifier à l’égoà la forme, à l’image ou à l’identité et de concentrer son attention sur la réalité de l’ami, sur son essence. Il nous appartient de reconnaitre que la nature, l’essence qui nous constitue n’est pas ce corps, cet égo, cette forme ou ces émotions, mais bien l’Essence divine, Pure manifestation de la Grande Félicité, Pur Amour. L’Essence incommensurable de tous les possibles, au-delà des formes, de la matière et du temps ! Au-delà de l’image et de l’identité qui caractérisent chacun !
Pour garder un ami il importe de pénétré son essence au-delà des qualités bonnes et mauvaises qui sont accidentelles en chacun !

Podcast et intermède musical: Pour garder un ami

Haut de page

L’amour ne se détruit que par un autre amour

La voie du détachement dont nous parle Rûmî dans le chapitre No 39 du Livre du Dedans nous invite à choisir un meilleur ami que nous-même, à ne pas rester identifié à l’image que nous avons de nous-même, ni à nos émotions, nos peurs, notre identité ou nos désirs. Il nous explique l’importance de nous tourner vers l’amour de Dieu pour ouvrir notre coeur à l’Amour en ces termes : « L’amour ne se détruit que par un autre amour ». Nous le savons tous, nous en avons tous fait l’expérience au moins une fois dans notre vie ! Et très certainement n’avons-nous pas compris le sens profond de ces paroles ou de ce mécanisme ! Sinon, comment se fait-il que tant et tant de gens restent dans la revendication, dans des attitudes qui entretiennent le conflit, la haine, la méfiance ? Comment se fait-il qu’il soit si difficile d’ouvrir son coeur à l’autre, au respect, à la paix du coeur ? Comment se fait-il que l’homme continue de s’identifier à ce qu’il vit, à ce qui se passe autour de lui, à se nourrir de ses fantasmes, de ses désirs et de ses attachements aux choses et aux êtres ?
La voie du détachement est une voie par laquelle tu arrives à satisfaire tous tes désirs …. Personne qui a marché sur cette voie ne s’est jamais plaint. (Le Livre du Dedans) Cela signifie que si nous pouvons renoncer à l’attachement de nous-même, entrer dans la confiance et l’amour de Dieu, alors, rien, rien ne pourra plus nous extraire de cette union. Ni peurs, ni doutes, ni facteurs extérieurs. Il est vrai que la voie est semée d’embûches et d’obstacles, mais que sont-ils … d’où viennent-ils ? Ils viennent de nous seul ! De notre égo, de notre attachement à ce que nous croyons être la sécurité, le confort, la richesse, le bonheur ou la réussite …. Or, ça n’est que lorsque nous aurons pu abandonner tout ce à quoi nous nous identifions, que nous trouverons la paix du coeur, la sérénité, la véritable joie et l’abondance de l’Amour de Dieu ! Il deviendra dès lors possible de comprendre le sens profond de ces paroles : « L’amour ne se détruit que par un autre amour« .
La voie du détachement est celle qui nous permet de rejoindre la conscience de notre nature véritable, la conscience de QUI nous sommes en réalité, dans notre essence ! La voie qui nous révèle le secret de l’Eternité Ici et Maintenant, au plus profond de nos coeurs ! Elle nous révèle que nous possédons TOUT en nous, que nous n’avons besoin de rien d’autre que ce TOUT et qu’il nous appartient de nous en servir à chaque instant ! Nous sommes tous, dans notre essence, la chaleur du souffle d’Amour issu de l’immensité de la Grande Félicité.

Podcast et intermède musical: L’amour ne se détruit que par un autre amour

Haut de page

N’attendez pas que la mort frappe à votre porte

  1. N'attendez pas que la mort frappe à votre porte Shemsi Husser 7:15

Haut de page

Je t’ai apporté un miroir

Dans le chapitre No 50 du Livre du Dedans, Rûmî nous parle, à travers plusieurs exemples, du sens caché de l’homme : l’essence de l’immortalité, la racine de l’éternité !
Il dit : « Je t’ai apporté un miroir, ô Lumière, pour que tu voies ton visage et que tu te souviennes de moi ».
Toute notre vie se déroule à chercher le sens profond de la Vie, le signe de l’existence de Dieu, un indice qui nous permettrait de savoir avec certitude, que OUI, Il existe ! OUI nous pouvons y croire, OUI il y a un sens à notre présence sur terre ! Pour illustrer cette recherche, Rûmî fait référence à un chercheur de perles. « Il ne suffit pas de se rendre au bord de la mer » dit-il et de dire : « Où sont les perles ? » Pour trouver les perles, il est indispensable de plonger et de chercher ! Il faut que le plongeur soit à la fois agile et chanceux !(Le Livre du Dedans)
Tout ce que nous agissons, en bien ou en moins bien, se reflète à travers nos comportements, nos dires, nos états d’âme, que nous en ayons conscience ou non. Il en va ainsi ! Pourtant combien de fois ne sommes-nous pas amnésiques ? Il est si facile d’oublier que ce qui nous arrive, en bien ou en moins bien, n’est que le résultat, le reflet, de nos actions ! Il est si facile de se porter en victime de ceci ou de cela, de celui-ci ou de celui-là ! Nous ne sommes victimes de personne autre que nous-même ! Tout comme nous ne sommes victime de rien d’autre que de nos agissements, de nos pensées, de nos projections et de nos émotions ! Autrement dit : nous récoltons ce que nous semons ! Rûmî dit aussi: « Tout ce que mange la racine cachée de l’arbre, son effet se manifeste sur la branche et la feuille ». Il dit encore : « Même si personne n’aperçoit ce que tu caches, que peux-tu faire avec la couleur de ton visage ? »
Si véritablement nous cherchons le sens profond de l’homme, cela revient à polir un miroir pour le rendre pur et sans traces. Cela signifie que nous nous occupons de polir notre coeur de toutes imperfections (comportementales, émotionnelles, relationnelles, spirituelles). Que nous commençons par nous purifier nous-même avant de critiquer les imperfections des autres, avant de porter un jugement sur quiconque ! Se purifier soi-même, c’est le sens des ablutions avant la prière, le sens de l’engagement personnel, le sens du respect de soi et des autres.
La loi de Dieu est celle-ci :  » Commence par ta propre personne ! »
Je t’ai apporté un miroir, ô Lumière, pour que tu voies ton visage et que tu te souviennes de moi.
Autrement dit : « Je viens à toi, ô Tout Puissant, avec un coeur pur pour que tu puisses voir se refléter ta Lumière ! »

Podcast et intermède musical: Je t’ai apporté un miroir

Haut de page