Archives de tags | Shemsi

Rire et pleurer

C’est une méditation que je pratique avec mes petits-enfants mais qui peut très bien s’adapter aux adultes et leur être très utile aussi !

Rire et pleurer fait partie du quotidien des petits enfants, et plus tard, en grandissant, les pleurs cèdent la place à la colère, à la frustration, à la déception, aux moquerie voire à l’irrespect des autres, de ses propres émotions ou de soi-même ….
Cette méditation ne demande pas de s’installer dans un lieu précis, juste d’être pratiquée sur le vif d’une situation difficile pour l’enfant ou l’adulte… Elle demande de s’arrêter quelques instants sur ce qui se passe réellement au fond de l’être, dans la nature profonde et véritable de l’individu.
Alors, imagine que le jeu que tu viens de partager avec d’autres enfants, ait fait de toi le vainqueur… ressens la joie et la fierté que cela te procure. Combien tu te sens important et valorisé. Tu es le plus fort ! Tes joues se colorent et tu es rayonnant ! Tout va bien pour toi, bravo ! C’est super de vivre la réjouissance d’une victoire ! Et juste pour quelques instants, regarde tout au fond de ton coeur si cette victoire change véritablement quelque chose à qui tu es et à ta vie d’enfant…. Regarde simplement et ressens… ne rejette pas la joie qui inonde ton coeur. Regarde simplement que tu n’es pas cette victoire même si elle te fait super plaisir et que non, elle ne change pas l’enfant que tu es dans ton coeur. Elle te permet par contre de grandir la joie et l’amour qui circulent en toi. Et prends le temps de regarder le visage de celui qui a perdu …. de ressentir ce qu’il éprouve… ta victoire change-t-elle vraiment quelque chose à l’enfant qu’il est ? Sa défaite change-t-elle quelque chose à l’enfant qu’il est ?
Puis lorsque dans le même jeu ou un autre… tu es celui qui perd prends aussi le temps de ressentir ta déception, ta colère, ta frustration voire peut-être même le mépris qui s’éveille dans ton coeur pour celui qui a gagné ! Le fait de pleurer change-t-il quelque chose à l’enfant que tu es ? Et regarde au fond de ton coeur…. cette défaite change-t-elle véritablement quelque chose à l’enfant que tu es ? Ta vie en est-elle affectée ? NON ! Tu n’es pas la défaite ! Ce n’est qu’un jeu et tu peux grandir dans ton coeur en laissant la joie illuminer ton regard pour celui qui vient de gagner cette partie. Sa victoire change-t-elle quelque chose à qui il est ? Tout au fond de lui ? NON ! Ni la victoire, ni la défaite ne peuvent changer ta nature profonde. C’est un peu comme si tu regardais du haut d’une montagne la vie qui se déroule dans une vallée : ceux qui courent, ceux qui marchent, ceux qui gagnent et ceux qui perdent…. est-ce que la Vie en est affectée ? NON ! seules les émotions te font croire que tu as échoué ou que tu es un héros ! parce que tu crois que tu es ce que tu vis. Regarde du haut de la montagne, même si tu n’es pas parmi ceux qui courent, ceux qui marchent, ceux qui gagnent ou ceux qui perdent, la vie continue ! La vie se déroule comme elle doit, avec des rires et des pleurs, avec des joies et des déceptions. Mais derrière tout cela il y a toujours l’amour qui coule dans le coeur des gens ! Alors réjouis-toi lorsque tu gagnes et ne te mets pas en colère lorsque tu perds et essaye de te réjouir pour celui qui a gagné ! Imagine, la prochaine fois que tu gagnes, si tous les enfants s réjouissent pour toi, avec toi, ce que ton coeur ressentira comme amour !
La haine et la vengeance sont des graines d’amour non reconnues et non plantées. Si tu choisissais de planter toutes les graines d’amour et de joie que contient ton coeur serais-tu plus ou moins heureux ? Cela changerait-il quelque chose à qui tu es dans ta nature profonde ?
Bien que cela ne changerait pas ta nature profonde, au moins tu utiliserais tout son potentiel et cela change tout pour ta vie et celle des autres !

Podcast et intermède musical: Rire et pleurer

Haut de page

L’As de coeur

Lorsque je regarde autour de moi, ce qui se passe dans le monde, les informations qui sont véhiculées, les difficultés que rencontrent les peuples, les gouvernements, les individus, je ne peux m’empêcher de penser que je suis une privilégiée ! Et non seulement de le penser mais de remercier la divine Providence, du don précieux qu’elle a déposé dans mon coeur, comme dans celui de tous les êtres, cette clé d’amour qui permet de dépasser toutes les épreuves où que nous soyons, quoi que nous vivions : L’As de coeur !
Oui cet As de coeur qui agit au plus profond des coeurs. Cet Atout qui donne des ailes, qui ressource, qui permet de grandir et de faire grandir l’Amour nécessaire au dépassement des limites de la seule volonté ! Il n’appartient à personne de juger du degré de difficulté, du degré de souffrance morale ou physique de qui que ça soit. Personne ne détient le pouvoir de mesurer, de rationaliser, d’imposer une limite ou un seuil « légal » aux épreuves que doivent traverser tous les êtres humains. Seule la divine Providence sait ce que chacun est appelé à traverser, ce que chacun est apte à expérimenter, à surmonter, à transcender. C’est un peu comme pour les cours d’eau, une source ne sait pas ce qu’elle devra traverser comme terrains, comme embûches, comme méandres avant d’atteindre son plein état de rivière ou de fleuve et de parvenir à l’océan ! Pourtant elle coule, suit sa course et chaque fois qu’elle franchit un obstacle elle devient plus vive, plus forte ! Elle grandit ! Lorsque je regarde tout cela à la lumière de l’Amour divin, je vois que les vrais démunis ne sont pas ceux qui ne détiennent pas de richesses matérielles,  qui connaissent la faim, la soif et la souffrance mais bien ceux qui ne manquent de rien, croulent sous le surplus matériel et qui pourtant, ne trouvent pas le bonheur, ne trouvent pas la joie et l’amour tout simplement parce qu’ils ignorent la clé qui se trouve au fond de leur coeur : L’As de coeur !
Combien de fois n’ai-je pas été touchée par les marques de générosité et de solidarité des gens démunis matériellement. Que n’ai-je pas appris auprès d’eux de l’importance de l’Amour, cette clé divine, cet atout qui permet de traverser tous les états, même les plus désespérés; cet As de coeur qui rend fort, qui grandit l’être qui l’utilise pour poursuivre sa route, inlassablement. Oui, que n’ai-je pas appris d’eux ? Je leur dois tout de ce qui brille aujourd’hui dans mon coeur parce qu’ils m’ont démontré, par leur actes et leur foi, par la vérité de leurs actions, que cet As de coeur, cet Amour divin qui agit dans le  secret des coeurs est la véritable richesse, la seule Clé qui permet à l’Amour de se répandre entre les êtres.
Bien inutiles et futiles sont alors les revendications, les rébellions, les guerres et les luttes de pouvoir lorsqu’elles ne servent qu’un intérêt ou un enrichissement personnel, une notoriété, un titre au détriment de l’Amour divin et du bien de tous les êtres !
Si l’As de coeur était joué dans toutes les parties, entre les peuples, les gouvernements, les gens, peut-être qu’alors la vie sur terre prendrait un autre sens !

Podcast et intermède musical: L’As de coeur

Haut de page

L’amour ne se détruit que par un autre amour

La voie du détachement dont nous parle Rûmî dans le chapitre No 39 du Livre du Dedans nous invite à choisir un meilleur ami que nous-même, à ne pas rester identifié à l’image que nous avons de nous-même, ni à nos émotions, nos peurs, notre identité ou nos désirs. Il nous explique l’importance de nous tourner vers l’amour de Dieu pour ouvrir notre coeur à l’Amour en ces termes : « L’amour ne se détruit que par un autre amour ». Nous le savons tous, nous en avons tous fait l’expérience au moins une fois dans notre vie ! Et très certainement n’avons-nous pas compris le sens profond de ces paroles ou de ce mécanisme ! Sinon, comment se fait-il que tant et tant de gens restent dans la revendication, dans des attitudes qui entretiennent le conflit, la haine, la méfiance ? Comment se fait-il qu’il soit si difficile d’ouvrir son coeur à l’autre, au respect, à la paix du coeur ? Comment se fait-il que l’homme continue de s’identifier à ce qu’il vit, à ce qui se passe autour de lui, à se nourrir de ses fantasmes, de ses désirs et de ses attachements aux choses et aux êtres ?
La voie du détachement est une voie par laquelle tu arrives à satisfaire tous tes désirs …. Personne qui a marché sur cette voie ne s’est jamais plaint. (Le Livre du Dedans) Cela signifie que si nous pouvons renoncer à l’attachement de nous-même, entrer dans la confiance et l’amour de Dieu, alors, rien, rien ne pourra plus nous extraire de cette union. Ni peurs, ni doutes, ni facteurs extérieurs. Il est vrai que la voie est semée d’embûches et d’obstacles, mais que sont-ils … d’où viennent-ils ? Ils viennent de nous seul ! De notre égo, de notre attachement à ce que nous croyons être la sécurité, le confort, la richesse, le bonheur ou la réussite …. Or, ça n’est que lorsque nous aurons pu abandonner tout ce à quoi nous nous identifions, que nous trouverons la paix du coeur, la sérénité, la véritable joie et l’abondance de l’Amour de Dieu ! Il deviendra dès lors possible de comprendre le sens profond de ces paroles : « L’amour ne se détruit que par un autre amour« .
La voie du détachement est celle qui nous permet de rejoindre la conscience de notre nature véritable, la conscience de QUI nous sommes en réalité, dans notre essence ! La voie qui nous révèle le secret de l’Eternité Ici et Maintenant, au plus profond de nos coeurs ! Elle nous révèle que nous possédons TOUT en nous, que nous n’avons besoin de rien d’autre que ce TOUT et qu’il nous appartient de nous en servir à chaque instant ! Nous sommes tous, dans notre essence, la chaleur du souffle d’Amour issu de l’immensité de la Grande Félicité.

Podcast et intermède musical: L’amour ne se détruit que par un autre amour

Haut de page