Dans la main de Dieu

Quand dans la méditation nous nous relions à la Lumière d’Amour, que nous la sentons nous traverser, nous irriguer pour se répandre à tout ce qui est hors de nous, d’une certaine façon, nous nous retrouvons dans la main de Dieu, comme une rivière dans son lit, s’écoulant librement pour le bénéfice du Tout. Quand nous nous sentons reliés de la sorte à notre conjoint, nos enfants, notre famille au grand complet, nos amis, voisins, notre quartier, village ou ville, région, pays, continent, monde, univers… nous ressentons tout d’abord une douce chaleur nous envahir, une sensation de bien-être et de détente, de plénitude, de légèreté. Puis nous nous découvrons de plus en plus petits, fragments, poussière, cellules, particules…. de ce TOUT. A la fois, nous paraissons insignifiants et à la fois, profondément unis. Nous découvrons que cet immensité est constituée de fragments, d’infiniment petit, de vide!…. Et si nous regardons en nous-mêmes, nous découvrons exactement le même phénomène! Nous sommes constitués de peau, de chair, de muscles, de sang, d’os, lesquels sont constitués de cellules, de particules infiniment petites, de vide! Alors quelque chose s’éveille et se révèle, cette notion dont parle Rûmî de microcosme et de macrocosme devient tangible! « Tu crois n’être qu’un petit corps, mais en réalité en toi se déploie le macrocosme … »
Nous réalisons alors que tout ce qui se passe dans le monde, de la même manière se passe en nous-mêmes dans notre corps, nos émotions, nos pensées, nos croyances, dans l’infiniment petits de nos cellules! Ce chaos extérieur nous révèle notre propre chaos intérieur. Le désordre extérieur nous révèle à un autre niveau notre propre désordre intérieur! Les révolutions, les conflits, les dictatures, les famines, les guerres tout autant que les beautés, l’harmonie qui nous touchent à l’extérieur se reflètent de même à l’intérieur! Si nous laissons la main de Dieu utiliser l’instrument que nous sommes à Sa mesure, si nous cessons de lutter contre ce flot de Lumière d’Amour, l’Ordre règnera et pourra alors se rassembler ce qui est éparpillé!
Lorsque nous acceptons pleinement cette relation intérieur – extérieur, nous ne pourrons plus nous sentir coupés du reste du monde, nous saurons que ce qui nous dérange à l’extérieur, ce qui provoque nos révoltes, nos exigences, nos frustrations, colères, agacements ne sont autres que des reflets de nous-mêmes! et non pas notre conjoint, nos enfants, nos voisins ou ce « qui nous tombe sous la main! » Il nous deviendra dès lors possible d’orienter notre regard à l’intérieur et de nous occuper pleinement à la reconnaissance de cette inter-relation et confier nos désordres à l’autorité en vigueur, à savoir Dieu, La Source, le Créateur, le Souffle, l’Unique.
Ce simple constat relaxe déjà bien des tensions et permet l’amorce du changement, de la remise en ordre intérieure! Quand il nous devient possible de regarder ce qui se joue dans le monde sans chercher les critiques, les raisons en dehors de nous-mêmes, nous pouvons alors rester bienveillants pour tout ce qui nous offusquait jusque là et laisser croître la compassion en notre coeur, le non-jugement, la tolérance, le silence, la paix, la tranquillité, la confiance, la foi… en bref, ce que nous avons bien longtemps pu ressentir comme des « théories » deviendra concret pour autant que nous nous effacions; pour autant que nous renoncions à « vouloir faire » et que nous acceptions que « cela » se fasse par la Grâce et l’Amour du Divin et que nous soyons l’instrument qu’Il a choisi pour atteindre Sa perfection! Nous effacer ne veut pas dire démissionner mais bien plutôt nous retirer de nous-mêmes, de notre croyance que nous sommes auto-suffisants et tout-puissants!

Podcast: Dans la main de Dieu

Haut de page

Un message pour “Dans la main de Dieu

  1. Merci Shemsi,

    quel magnifique message, en l’écoutant j’en avais les larmes aux yeux…ça me touche profondément…

    Je t’embrasse, Jacqueline Laffer