La liberté individuelle

Alors que nous sortons doucement de la crise sanitaire qui a mis le monde entier en “veilleuse”, que des milliers de personnes sont mortes, des millions d’autres atteintes du virus, je reste stupéfaite d’entendre des individus revendiquer le droit de la liberté individuelle !
Qu’est-ce que cela signifie : La liberté individuelle ?
La liberté individuelle est un état qui sépare les êtres, qui isole, qui ne met l’accent que sur une personne : soi-même ! Quelle tristesse !
Alors que nous avons traversé une période où la solidarité était nécessaire, impérative à tous, partout dans le monde, que la peur à envahit les esprits, il n’y avait plus trop d’espace pour penser à la liberté individuelle. Chacun avait besoin de savoir qu’il serait soutenu s’il devait être touché à son tour. Beaucoup on découvert les élans de la solidarité et y ont répondu. Partout dans le monde les informations de la propagation de la pandémie étaient attendues avec l’espoir que l’issue approchait. Et quand enfin cette issue à pointé, que le déconfinement à pu démarrer les revendications sont revenues avec force !
Que faudra-t-il pour que les êtres cessent de se regarder le nombril, qu’ils cessent de s’approprier la vie, les expériences des autres ?
Que faudra-t-il pour qu’enfin ils comprennent que la liberté individuelle n’est qu’un leurre et n’est pas compatible avec l’acceptation et le respect de l’autre, la vie en société, la confiance et l’amour en l’autre !
L’engagement et la responsabilité individuels sont les indispensables de la liberté, bien plus que la liberté individuelle.
Ne pas pouvoir ouvrir son coeur à l’amour des autres, simplement, sans moult conditions est douloureux parce que l’amour est ce qui est commun à tous les êtres et de fait, unit !

Podcast et intermède musical: La liberté individuelle

Haut de page

Le confinement au service de la méditation

Le confinement au service de la méditation, de la remise en question, de l’introspection, des valeurs fondamentales…vraiment ? Oui le confinement est au centre d’un changement possible, voire impératif ! Qui aurait cru que cela puisse arriver ? Et pourtant ça n’est pas une fatalité, ni une punition divine, ça n’est que le résultat du mode de vie auquel les populations se sont soumises depuis des décennies, sans en mesurer les conséquences.
La pandémie qui frappe le monde depuis quelques mois, a profondément changé les habitudes des peuples. Qui aurait pu imaginer que l’économie se mettrait “en pause” et que tous les êtres seraient touchés par la même quête : sauver la VIE !
Il faut parfois des situations d’extrême urgence pour que les êtres se réveillent à la réalité de la VIE. Il faut parfois qu’ils soient privés de ce qu’ils croyaient indispensable à leur survie pour se rendre compte que la VIE vaut plus que la survie ! Et si le confinement qui découle de cette crise sanitaire sans précédent était en fait une opportunité et non pas une contrainte ?
Et si chacun profitait de la mise en berne des distractions pour se plonger dans une réflexion ?
Si le temps qui est là, disponible, était abordé non pas comme un monstre qui fait peur, comme une immensité de vide qui va tout absorber mais bien plutôt comme une opportunité de s’ouvrir à Lui que se passerait-il dans le coeur des êtres ?
Si les coeurs se laissaient touchés par le chant des oiseaux qu’ils n’avaient jamais entendus par manque d’attention, ou par la clarté du ciel dépourvu de traces d’avions… par les odeurs de la nature qui s’éveille, que se passerait-il alors ?
Si la VIE prenait soudain un sens nouveau, son véritable sens, à savoir manifester l’amour simplement parce que c’est notre nature profonde et qu’il y a rien de mieux à faire que se passerait-il ?
Et si la méditation se faisait naturellement au plus profond des coeurs simplement parce que l’espace et le temps s’y prêtent, parce qu’il n’y a rien d’autre à faire que célébrer la VIE qu’est-ce qui changerait alors dans votre vie ? Quelle chance laisseriez-vous alors au changement de vous transformer ? Et si cela durait assez longtemps pour que vous y preniez goût à cet état de méditation naturel, comment pourriez-vous retourner dans ce que vous croyiez si important au par avant ?
N’êtes-vous pas tenté de vivre une expérience sans précédent ? Une vie d’Amour et de partage, une vie digne des Dons Sacrés reçus ?

Podcast et intermède musical: Le confinement au service de la méditation

Haut de page

N’attendez pas des autres qu’ils changent le monde

N’attendez pas des autres qu’ils changent le monde, devenez vous-même acteur de votre responsabilité. Devenez enfin l’acteur responsable du rôle qui est le vôtre dans cette divine chorégraphie qui se déroule ici-bas !
Avez-vous déjà imaginé que vous êtes l’autre de tous les autres… et qu’ils attendent… tout comme vous le faites…. que vous changiez le monde ? Quelles sont en réalité vos chances de réaliser ce prodige ? Zéro !
Aussi longtemps que les individus ne réaliseront pas, que pour que le monde change, chacun doit reprendre à son propre compte SA responsabilité d’action et d’en assumer les conséquences, rien ne pourra changer ! Manifester, revendiquer, exiger, s’opposer est l’équivalent d’attendre… c’est ne rien faire ! Or il est prévu, pour chaque individu, qu’il agisse selon un ordre qui nous dépasse certes, mais un ordre très précis, divin : agir, non pas pour sa propre satisfaction mais pour le bien-être et la survie du TOUT ! Ca n’est pas une aberration abstraite, cela pourrait se comparer à une pièce de théâtre où chaque acteur a bel et bien un répertoire propre à jouer, à un moment bien défini par le scénario, et que s’il ne le fait pas, l’ensemble de la pièce sera un échec, une cacophonie !
Concrètement, aussi longtemps que chacun se focalise sur l’erreur de l’autre et n’assume plus sa propre responsabilité il attend réparation et accuse l’autre… tous les autres… d’être en tord et de ce fait tente de justifier son inaction ! Quel gâchis !
Ce qui se passe à l’intérieur est identique à ce qui se passe à l’extérieur. Une plante qui a les racines malades, ne pourra donner de fruits sains !
Méconnaitre ou ignorer ce qui se déroule en soi est une manière de ne pas honorer ses propres responsabilités !
S’il est clair aujourd’hui pour une partie des individus, que la biodiversité est fondamentalement importante pour l’écosystème, il n’est pas encore clair qu’il en va de même pour notre biodiversité intérieure ! Nous avons besoin de la présence dans notre organisme, des milliards de micro-organismes qui l’habitent pour que tout fonctionne harmonieusement, tout autant que la terre à besoin des milliards d’êtres qui la peuple pour que l’ensemble soit prospère. Encore faut-il accorder à chacun sa place et respecter son rôle ! La biodiversité n’est pas uniquement une question de cultures agricoles, mais de cultures humaines aussi ! Aussi longtemps qu’une minorité imposera ses propres lois à l’ensemble, ça ne pourra fonctionner ! Dès lors que chacun respectera les réalités et les différences de cultures dans l’ensemble il deviendra possible de vivre harmonieusement et de manière responsable !
N’attendez pas des autres qu’ils changent le monde, agissez pour améliorer votre vie intérieure pour que l’ensemble soit harmonieux !

Podcast et intermède musical: N’attendez pas des autres qu’ils changent le monde

Haut de page

Le signe du commencement de l’amour

Nous avons tous, je crois, au fond du coeur, une question quant à l’amour. Saurons-nous reconnaitre le signe du commencement de l’amour ?
Aurons-nous l’humilité de nous tourner vers le Bien-Aimé ? Aurons-nous l’audace du renoncement de nos attachements ?
Rûmî, par la révélation de cet ode No 991, nous invite au voyage de l’âme à la recherche du signe du commencement de l’amour.

L’amour du Bien-Aimé m’a coupé de mon âme.
L’âme dans l’amour a échappé au soi.
Puisque l’âme est créée et l’amour incréé,
Jamais celle-ci n’atteindra l’existence de celui-là-
L’amour du Bien-Aimé est pareil à la pierre d’aimant,
Il attire notre âme vers sa proximité.
Il égare hors de lui-même le faucon de l’âme.
Quand l’âme fut perdue, elle découvrit son existence véritable ;
Ensuite, l’âme revint à elle-même-
Le lacet de l’amour alors s’enroula autour d’elle ;
L’amour lui fit boire un philtre fait de sa réalité,
Tous les autres attachements la quittèrent aussitôt.
Tel est le signe du commencement de l’amour :
Mais quant à sa fin, nul encore n’y a jamais atteint.

Podcast et intermède musical: Le signe du commencement de l’amour

Haut de page

La dualité rêve ou réalité de ce monde ?

Cette réflexion est complexe, certes, toutefois, de par les les événements qui se déroulent à travers le monde, je crois qu’il n’est pas inutile de se pencher et de prendre le temps de s’interroger, sur cette question : La dualité rêve ou réalité de ce monde ?
La dualité est à la fois rêve et réalité de ce monde. Rêve de Dieu pour les hommes, et réalité de ce monde. Si l’on se réfère aux textes sacrés, il n’y a qu’UNE SOURCE, UN DIEU,  qui n’a ni commencement ni fin, ni forme, ni temps. UN que l’on pourrait nommer la Grande Félicité, qui contient TOUT, non encore manifesté. Un infini d’Amour et de Lumière non duels. De cette immensité s’est manifesté l’univers dans lequel nous vivons. Il est dit : “Il suffit que Dieu dise SOIS, pour que cela sois ! Tout vient de Lui et tout retournera à Lui. Il est Celui qui donne la Vie et qui donne la mort.”  Or, Dieu a voulu, que dans cet univers, l’homme fasse l’expérience de la dualité et qu’il n’oublie pas pour autant de manifester La Source de Son Amour ! Il a mis dans le coeur des hommes Sa forteresse d’Amour, et Il leur a donné la liberté de choisir ce qu’ils voulaient expérimenter. L’homme contient à la fois La Source et les voiles d’illusions qui permettent d’ignorer La Source. Voilà pourquoi la dualité est la réalité de cette expérience terrestre.
Aussi longtemps que l’homme s’identifiera à ses expériences, à ses désirs, à ses exigences, à son égoïsme et à son identité il expérimentera la souffrance et la misère. Aussi longtemps que l’homme ignorera La Source qui l’alimente, ignorera son appartenance à Dieu, il ne pourra pas devenir le créateur potentiel qu’il est de par son unité à la Grande Félicité. Pour que l’humain soit libre, il est primordial qu’il se réfère à son origine, (DIEU) qu’il se rappelle de sa véritable appartenance (DIEU) et qu’il manifeste dans son quotidien l’Amour et l’Unité de la Grande Félicité.
Si nous prenions le temps de regarder au-delà de nos croyances, au-delà des apparences, nous verrions que derrière chaque religion, chaque peuple, chaque situation se trouve la même Source : L’Amour et la Lumière de l’immensité non duelle de la Grande Félicité : DIEU !
A quoi nous sert-il de nous désaltérer pendant notre rêve si nous avons soif à l’état de veille ?

Podcast et intermède musical: La dualité rêve ou réalité de ce monde ?

Haut de page