Nettoyage de printemps

« Nettoyage de printemps », ce sont les mots qui résonnent dans les esprits et le besoin qui se fait sentir au retour des beaux jours, au réveil de la nature, à l’écoute des gazouillis réjouis des oiseaux au petit matin…. Nettoyage de printemps, oui, tous nous en avons un profond besoin ! Retirer la poussière hivernale, laisser pénétrer les premiers rayons chauds du soleil, ouvrir tout grand les fenêtres et respirer la force jaillissante du renouveau… voilà qui redonne des ailes… Épousseter la maison certes, fait du bien à tous ses occupants…
C’est une question qui ne se pose pas… Même pour les plus récalcitrants aux nettoyages ! Au printemps, quand il revient avec force et puissance, je crois que nul ne lui résiste ! Son élan, son enthousiasme, l’éclosion de beauté qu’il procure, où que se pose le regard, ne peut laisser indifférent !
Et qu’en est-il des nettoyages intérieurs? Comment épousseter les résidus accumulés de poussière de colère, de poussière d’attachement, de jugements, d’envie ou de tout autre attitude qui « empoisonnent » la vie ? Ces petits détails qui prennent tout soudain une proportion bien trop importante ? Ces allusions piquantes lancées sans presque s’en rendre compte ? Se passe, tout au fond du coeur de chacun, ce même phénomène qu’à l’extérieur, ce besoin de faire place neuve, de laver, de débarrasser, d’évacuer tant de « minons », ce besoin de « nettoyage de printemps ». Il est dans les fibres de la nature y compris dans la nôtre ! Au Renouveau, nul n’y échappe ! A la Re-Naissance, nul ne peut se soustraire… Tenter d’échapper à l’abandon de l’ancien, sans prendre le risque de rester pris au piège de notre propre filet, de nos propres pièges est pure illusion !
Nos grands-mères profitaient du retour des herbes amères pour purifier le foi, pour détoxiquer les organismes engorgés par la nourriture plus grasse de la saison froide. Dent-de-lion, ail des ours, orties avaient une place d’honneur au début du printemps. Cela nettoyait l’organisme et libérait du même coup les émotions enfouies, les colères rentrées, les frustrations et les jalousies restées muettes…. Nous pouvons toujours avoir recours à ces « recettes de grand-mères », pratiquer le jeûne, prendre des purges… Il est, en parallèle, tout aussi important de prendre le temps de jeûner de bavardages, de commérages, de colères, de jugements… que de nourriture ! Prendre plus de temps à méditer, à marcher en silence… occupés à la contemplation du réveil de Dame Nature; prendre plus de temps pour se délecter du Nectar de la Lumière, de la force qui se dégage de ce réveil silencieux et si puissant ! Ce sont là nos meilleurs « chiffons à épousseter » et nous devrions pouvoir les utiliser avec autant de zèle que ce que nous faisons pour nos maisons !

Podcast et intermède musical: Nettoyage de printemps

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.