Qu’en est-il de l’adoption?

Lorsque je travaillais encore en cabinet ou en ateliers de constellations familiales, il m’a souvent été posé la question: « Et qu’en est-il de l’adoption? » C’est une question cruciale, parce que beaucoup de couples choisissent cette option quand ils ne parviennent pas à avoir d’enfants. Mais qu’elles en sont les conséquences? Pour l’enfant, pour les parents « naturels » et pour les parents adoptifs? Je dirais que c’est un traumatisme pour tous! Pour l’enfant d’abord, quand bien même les parents adoptifs sont bien intentionnés, parce qu’il est arraché à son système d’appartenance, à la source de sa force, à ses « racines ». C’est un peu comme un arbre… si on lui coupait les racines et que nous tentions de le replanter ailleurs, il n’aurait aucune chance de « reprendre » parce que amputé de ses racines! Même s’il était replanté dans une terre riche,  avec le meilleur engrais, où l’eau ne manque pas, et s’il recevait tous les bons soins nécessaires, il ne pourrait pas reprendre! Pour cela il lui faudrait un minimum de racines et beaucoup de chance! C’est compréhensible pour un arbre, mais un enfant, c’est différent! direz-vous. Non, un enfant, ça n’est pas différent! C’est un être vivant tout comme l’arbre et il a des racines indispensables à sa croissance. La génétique aujourd’hui peut beaucoup oui, mais pas implanter de nouvelles racines dans le coeur d’un enfant! Le minimum de racines qu’il faudrait laisser à l’enfant, serait de lui offrir une famille d’accueil uniquement, et pas une famille d’adoption qui se l’approprie! Dans une famille d’accueil, il aurait une chance de croître harmonieusement, et il aurait une chance de pouvoir accepter et prendre l’amour que lui donneraient les « parents d’accueil », il n’y aurait pas de pression émotionnelle et psychologique ni sur l’enfant, ni sur les accueillants. Il n’y aurait pas le poids de l’attente de reconnaissance des « parents ». Il n’y aurait pas d’interdits (non-dits) à aimer ses vrais parents et à lui en parler en bien! Les parents adoptifs pas plus que quiconque n’a le droit de juger les parents naturels d’un enfant. Ils lui doivent au contraire un grand respect, nul ne sait ce qui se joue dans le coeur des parents. Nul ne peut mesurer la douleur de la séparation d’avec son enfant. Pour les parents « naturels » le traumatisme consiste à se faire « voler » leur « patrimoine », quand bien même ils auraient abandonné l’enfant à sa naissance, confié à un orphelinat, ou déposé dans une « Boîte à recueillir les bébés », cet enfant restera leur enfant, au sein de leur système familial. Il ne peut en aucun cas être évincé sans causer un déséquilibre énorme pour l’ensemble du système! Imaginez une constellation d’étoiles à laquelle on retirerait une étoile…..que deviendrait cette constellation? Quelle serait alors sa force et sa fonction sur l’ensemble de la Création? Est-il imaginable d’arriver à une telle chose? retrancher une étoile d’une constellation? De nos jours NON! La mère d’un enfant, reste la mère de l’enfant même si elle ne le voit plus jamais de sa vie! Le lien qui les unit est indestructible! Un père, reste un père jusqu’à la fin des temps…. et beaucoup ne savent pas qu’ils sont pères! Pourtant pour l’enfant, il est bien réel, même s’il ne le voit jamais de sa vie! Un jour viendra où l’enfant se posera la question: « Qui est mon père, qui est ma mère? » « A quoi ressemblent-ils, à qui je ressemble moi? D’où est-ce-que je viens? Pourquoi… ??? » Pour les parents adoptifs, le traumatisme consiste à ce que leur coeur ne peut être tranquille tout au fond…. « Et si un jour « notre » enfant veut rechercher sa vraie famille, s’il nous renie, nous qui l’avons aimé, choyé, nous qui lui avons tout offert? » Que lui ont-ils offert réellement, et que lui ont-il volé? Que se sont-ils appropriés qui ne leur revenait pas de droit? Là est le traumatisme pour les parents adoptifs. Un jour ils ne seront plus forcément reconnus comme des parents. Et les enfants qu’auront « leur » enfant, seront-ils leurs petits-enfants? Réellement? Non, ils les voleront tout autant qu’ils ont volé « leur » enfant! Ce sont des drames qui se jouent dans le monde énergétique, dans le monde spirituel. Et comme ce monde est ignoré, évincé, immatériel, les conséquences des actes posés ne se mesurent pas tout de suite! Mais un jour viendra…..où les règlements de compte se feront…. inévitablement! Et ce jour-là, il y aura des visages crispés et tristes. Le Coran (33, 4), nous dit ceci: « Il (Dieu) n’a pas fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos qui sortent de votre bouche. Appelez-les du nom de leurs pères, c’est plus équitable devant Dieu, mais si vous ne connaissez pas leurs pères, considérez-les comme vos frères en religion… » Pour avoir côtoyé des parents ayant abandonné un enfant, tout comme des enfants adoptés et des parents adoptifs je peux dire combien grande est la douleur que j’ai perçue dans le coeur de chacun d’entre eux, à des degrés différents pour chacun. En terme de constellation, il apparaît clairement que tant que les parents adoptifs ne s’inclinent pas devant les parents naturels, reconnaissants et bienveillants, l’enfant se vit déchiré et démuni. Toujours, l’enfant éprouve le besoin de retrouver la sécurité d’amour de sa mère autant que de son père! Il ne pourra qu’ensuite, éprouver un sentiment de tranquillité face à sa famille d’accueil. Parce que pour lui, il la verra désormais comme telle! Adopter un enfant pour combler un vide d’amour, est voué à l’échec! soit le couple se séparera, soit l’enfant mourra, soit il partira! Il n’y a pas d’autres issues. Accueillir un enfant pour lui-même dans le respect de sa culture, de sa famille, de son histoire, par pure compassion et bienveillance, désintéressé de toute attente affective et reconnaissance de la part de l’enfant, a toutes les chances de bien se vivre, et chacun a une chance de s’épanouir dans l’amour partagé! L’adoption a des conséquences à long terme, que la plupart ignore, ne regardant que la situation à très court terme!

Podcast: L’adoption

Haut de page

Un message pour “Qu’en est-il de l’adoption?

  1. Merci Shemsi, ça éclaire tellement les situations connues…et ça résonne très fort…c’est vrai quand on parle d’adopter un statut, une attitude, une résolution ou autre…on le fait sien, on se l’approprie !!!! Gros becs 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.