Le monde sans lettres et sans sons

Au chapitre 42 du Livre du Dedans, Rûmî nous parle de l’origine du monde, l’origine des sciences, de toutes les sciences. Il nous dit qu’elles sont des images qui prennent vie comme un corps sans âme prend vie ! Que l’origine de la Vie se trouve dans le monde sans lettres et sans sons !
Tout se qui est manifeste dans ce monde-ci, notre monde de lettres et de sons, a pour origine le monde sans lettres et sans sons. Sans exception ! Se trouvent aussi dans notre monde, des paroles sans lettres ni sons. Dieu ne nous parle-t-il pas sans lettres et sans sons ? Sans bouche ni langue et pourtant il nous parle au plus profond de notre âme ! Il nous parle à travers les beautés de la nature qui s’expriment sans lettres ni sons et qui pourtant ravissent nos sens ! Et les Prophètes ? Que dire d’eux ? N’ont-ils pas été enseignés par Dieu de ce monde sans lettres et sans sons ? N’ont-ils pas été instruits pour nous parler de ce monde-là, de l’Origine ? De la Grande Félicité ? N’ont-ils pas été tous, à leur époque, les porte-paroles du Dieu Très Haut, Très Miséricordieux ? N’ont-ils pas été des avertisseurs, des éveilleurs qui, de tous les temps, ont été mis à l’épreuve par les hommes, prisonniers des formes et des sons ? Ne nous est-il pas dit et redit, depuis la nuit des temps, que l’origine du monde, l’origine de l’âme se trouve au-delà du manifesté ? Que tous nous y serons rappelés et que tous nous y retournerons ? Tant de mots, de lettres et de sons que les oreilles ont de la peine à entendre ! Oui, nous sommes conviés, dans ce monde-ci, à nous rappeler, à nous remémorer Dieu, l’Origine de notre origine ! Nous sommes conviés à nous préparer au retour à l’Union en Dieu ! L’esprit avant d’être prisonnier du corps aimait à se remémorer Dieu, il se nourrissait de Lui ! Lorsqu’il devient prisonnier des formes, des lettres et des sons, il s’attache à eux et s’en nourrit au point d’oublier la remémoration de Dieu, au point de ne plus savoir se nourrir de Lui ! C’est notre condition d’êtres humains …. piège du monde des « intelligences partielles », des intellects coupés de la Source. Des intellects prisonniers du savoir des lettres ! Mais tout n’est pas perdu, nous avons toujours la possibilité de revenir à l’origine de notre propre origine, à la remémoration des Bienfaits de Dieu ! Nous avons toujours la possibilité d’arrêter de nous nourrir uniquement de formes, de lettres et de sons et de porter notre attention sur l’alimentation que nous offrons à notre âme, à notre esprit, à notre coeur ! Nous sommes invités, ne l’oublions pas, à partager le repas servi de la main de Dieu ! Repas de Lumière, d’Amour, de Compassion, de Bienveillance, de Vérité !
Tel un nourrisson qui tire force et sécurité de sa mère, s’il en est privé, séparé d’elle, il pourra survivre, certes, mais il gardera au fond de lui le souvenir de ces bienfaits. Il en est de même pour notre esprit, bien que séparé par le corps, de la « présence » en Dieu, il en garde l’empreinte et se souvient que c’est de Lui qu’il tire sa véritable force et sécurité ! Lorsque notre corps est malade, nous lui administrons un remède, lorsque notre Esprit est malade, il a lui aussi besoin d’un remède… se remémorer les bienfaits de Dieu et s’en nourrir ! Avant que la mort ne nous touche, puissions-nous nous attacher aux Beautés de Dieu et nous séparer des beautés illusoires du monde d’ici-bas !

Podcast et intermède musical: Le monde sans lettres et sans sons

Haut de page