Suis-je aimé?

Dans le coeur de l’homme réside une question fondamentale et cruciale: « Suis-je aimé? » La réponse est attendue de l’extérieur. Il est en quête de cette réponse auprès d’un parent, d’un partenaire, d’un ami…. Mais se pose-t-il les questions: « Est-ce que j’aime ce que je manifeste? »,  « Suis-je la bonne personne pour m’aimer? »
S’il répond OUI à ces interrogations, alors assurément, il trouvera la manifestation de l’amour chez un partenaire, ou dans ses relations. S’il répond NON, à ces questions, certes, il n’a aucune chance de trouver quelqu’un qui puisse l’aimer! Comment pourrait-il espérer que quiconque aime ce que lui ne reconnait pas et n’aime pas?
Si la question était comprise dans le sens de: « Suis-je aimé de Dieu? » C’est dans le secret du coeur uniquement que la réponse serait entendue! « Cherche la réponse en ce même lieu d’où t’est venue la question. » (Mathnawî III, 1137) Rumî dit aussi: « Ce que Dieu dit à la rose pour épanouir sa beauté, Il l’a dit à ton coeur aussi! »
Lorsque l’homme sait qu’il est aimé, parce qu’il est la manifestation de l’Amour divin, il n’a plus besoin de chercher à l’extérieur. Il SAIT!
Pourquoi dès lors, continuer de chercher ce qu’il a déjà trouvé? Et s’il n’a rien perdu, quel besoin de chercher?
Quand dans le for intérieur il y a certitude  d’être aimé, alors il devient possible de témoigner cet Amour! Devenir témoin de l’Amour divin, c’est ETRE!
Le coeur, en toutes circonstances, est attaché au coeur du Bien-Aimé (Le Livre du Dedans, ch.44) Majnûn désirait écrire à Leyla: « Ton nom est sur mes lèvres, ton image est dans mes yeux, ton souvenir est dans mon coeur: à qui donc écrirais-je? »

Le Bien-Aimé est si proche de moi, plus proche que moi-même de ma propre âme.
Par Dieu! De lui, je ne me souviens jamais, car le souvenir est pour celui qui est absent.
(Rubâi’yât)

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.