Archives de tags | amour

Aimer et respecter ses engagements

Il est question de plus en plus souvent de burn-out, de démotivation, d’insatisfaction en tout genre et de lassitude de la vie. Quel dommage ! La vie est si riche et si belle ! Si simple ! Quel besoin de la rendre triste et amère ? Quel remède pourrait lui rendre ses couleurs de joie, de bonheur, de bien-être et d’amour ?
Je crois que la réponse se trouve au plus profond du coeur de chacun ! Mais qu’elle n’arrange pas… parce qu’elle ne peut trouver de responsable à l’extérieur ! Le véritable responsable est bien là, en soi !  Il n’est autre que « La peur de l’engagement » !
Aimer et respecter ses engagements comporte un risque majeur pour beaucoup ! Cela signifie qu’il faudrait commencer par aimer ce que nous sommes, ce que nous montrons aux autres… aimer ce que, souvent, l’individu ne peut accepter pour lui-même ni regarder avec bienveillance. Aimer la vie que chacun choisi de vivre et assumer les conséquences de ses choix !  Aimer et respecter ses idéaux pour pouvoir respecter ses engagements quels qu’ils soient !
Je crois que le remède principal est tout simplement l’Amour ! L’amour de l’instant, l’amour de la liberté de choix, l’amour de soi et des autres, l’amour du travail, l’amour de la Vie.
L’Amour divin contient TOUT, ne l’oublions pas, jamais ! Dans le monde de l’Amour divin, il n’y a ni bien, ni mal, ni juste ni faux…. il y a TOUT.
Ce qui rend l’amour humain difficile, ce sont les notions que chacun comprend et projette selon ses propres émotions. Ce qui signifie que pour un individu une situation peut être « juste » alors que pour un autre la même situation sera « fausse » uniquement de par leur compréhension et projection émotionnelles. C’est pourquoi il est si important de pouvoir aimer et respecter nos propres engagements, les honorer et ne pas juger !
Apprendre à aimer, regarder, apprécier l’instant tel qu’il est maintenant, sans attente, ouvre la porte à l’Amour du Bien-Aimé !
Aimer et respecter ses engagements, c’est pouvoir cesser les revendications pour que les autres changent ce qui dérange ! Si chacun pouvait aimer et respecter ses propres engagements, il n’y aurait pas autant de drames quotidiens, de haine, de suspicion, de violence verbale et physique entre les peuples, dans les entreprises, les sociétés, les familles !
Aimer et respecter ses engagements, commence par une question : « Suis-je en accord avec ce choix, cette décision ? Suis-je prêt à assumer ce qui découlera de cet engagement ? » La deuxième question étant : « Qu’est-ce qui me motive réellement dans cette démarche ? »
Je vous invite à prendre quelques minutes pour regardez en dehors de tout jugement, une situation de votre vie dans laquelle vous avez aimé et respecté vos engagements comment vous sentez-vous ? Et si vous regardez, hors tout jugement, une situation dans laquelle vous n’avez pas aimé ni respecté vos engagements, qu’en est-il ?
Quelles conclusions pouvez-vous en tirer ? Qu’êtes-vous prêt à mettre en oeuvre maintenant ?

Podcast et intermède musical: Aimer et respecter ses engagements

Haut de page

La voie invisible

Au cours de sa vie, durant de nombreuses années l’individu croit qu’il est maître de ses pensées, de son destin, de ses actions. Il se sent invincible parfois, arrogant par moment, persuadé qu’il a tout compris de la vie et que les « anciens » eux, n’ont décidément rien compris ! La vie se déroule ainsi jusqu’au jour où les choses, les événements changent. Que la maladie, un accident, un licenciement, un deuil survient…. Jusqu’au jour où la vie se fait entendre… où la voie invisible transparaît dans le monde matériel et effleure la conscience de l’individu. Ce jour-là, il comprend qu’il ne décide, en définitive, de rien et qu’il n’est pas maître à bord ! Il l’entend, mais ne l’accepte pas forcément, ne le reconnais pas forcément, pas ouvertement en tous les cas. Les tourments s’éveillent alors, la peur se fait sentir, devient palpable. L’incertitude grandit et peut-être débute alors l’inévitable question : La voie invisible existe-t-elle ? Est-ce Elle qui détient le pouvoir sur le monde ? Est-ce Elle qui me gouverne ?
Combien d’individus arrivent aux portes de la mort, pris par l’angoisse et les tourments ? Combien aimeraient pouvoir changer le cours de leur histoire ou au moins certains événements de leur histoire ? Le passé est derrière et ne peut plus être changé, alors que le présent, lui, est là et peut être vécu pleinement, dans l’amour de la Grande Félicité, avec humilité et gratitude et permettre alors à la voie invisible de prendre forme. Permettre à la Vie de guérir le coeur endurci et l’orgueil, d’apaiser les colères enfouies et les rancunes et d’ouvrir les bras à la divine Sagesse.
Il n’est jamais trop tard pour s’abandonner au décret divin, pour reconnaitre la présence de la voie invisible à travers tous les actes posés. Il n’est jamais trop tard pour cesser la lutte inutile contre les mystères de la Vie qui nous échappent ni pour découvrir le sens de la Foi et s’y consacrer.
La voie invisible est bel et bien là, réelle, au-delà de notre imagination et de notre entendement.

Podcast et intermède musical: La voie invisible

Haut de page

L’envie agit telle de la glu

  1. Shemsi Husser 4:43

Haut de page

L’envie agit telle de la glu

S’il est une attitude qui fige, alourdit le coeur et l’esprit c’est bien l’envie ! Oui, l’envie agit telle de la glu ! Elle paralyse, fait miroiter des illusions comme des faits réels et fantastiques, elle est assez douée pour semer la discorde dans le coeur des hommes ! Elle est source de frustration, de jalousie, de conflit, de menace voire de violence. L’envie fait partie de ces épreuves mises sur le chemin des hommes pour mesurer leur foi, leur sincérité, leur confiance et leur fidélité. Elle agit comme de la glu parce qu’elle capte toute l’attention du mental, et ne laisse aucun repos à l’homme qui la nourrit ou qui se nourrit d’elle ! Elle brouille le discernement et reste là, suspendue devant l’esprit tel un rêve qui hypnotise. L’envie peut, à elle seule, prendre des proportions démesurées ! Elle agit un peu comme les mirages dans le désert. Elle se fait si présente, qu’elle en devient réelle aux yeux de qui la convoite ! Qu’est-ce qui pousse donc l’individu à envier le bien d’autrui, le conjoint, les enfants, le bonheur, les richesses ou la situation professionnelle ou personnelle d’un autre individu ? Je crois que le désir de pouvoir sur les autres qu’elle représente mobilise l’attention et suscite une certaine excitation intérieure. Toutefois, dans les faits, il apparaît que tant que l’envie est projetée sur la toile de l’esprit, elle captive et empêche l’individu d’agir. Je veux dire elle empêche d’agir en terme de liberté et de responsabilité. Seul compte le désir de posséder. Ne se posent pas les questions des conséquences et des responsabilités. Le fantasme reste le moteur du mécanisme. Une fois la chose convoitée acquise, elle n’intéresse plus, ne passionne plus, ennuie et frustre encore davantage celui qui l’a acquise. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela représentait une illusion de pouvoir qu’en réalité elle ne possède pas ! C’est pourquoi elle englue ! Elle ferme le coeur à l’amour, elle assombrit le bonheur inhérent dans le coeur, elle alourdit les peines et attise les souffrances tant physiques que psychiques.
Pourquoi passer tant et tant de temps à gâcher un bonheur simple ? Pourquoi retarder plus longtemps le moment de se libérer de la bride de l’envie ? Pourquoi nier plus longtemps la présence de l’amour dans nos vies ? Pourquoi rester insensible à la présence divine et ne pas célébrer la joie simple d’être en vie ? Pourquoi, alors que nous vivons dans des pays où tant de richesses nous sont données, en vouloir plus encore et négliger celles qui nous sont rendues accessibles ? Pourquoi gaspiller tant d’énergie divine à se perdre au lieu d’accueillir les Beautés qui nous entourent ? Pourquoi vouloir toujours plus au détriment des plus démunis ?
S’il est vrai que toute action provient de Dieu, il est tout aussi vrai que l’homme est seul responsable de ses malheurs et de ses souffrances lorsqu’il convoite le bien d’autrui !

Podcast et intermède musical: L’envie agit telle de la glu

Haut de page

Se réfugier dans la tranquillité de sa nature profonde

Je crois qu’il est particulièrement important, pour chacun, de vivre la tranquillité intérieure, de retrouver un havre de paix à l’intérieur de soi. Mais voilà, pour beaucoup, la question se pose de comment y parvenir ? Se réfugier dans la tranquillité de sa nature profonde est un besoin, une nécessité qui s’impose à un moment ou à un autre pour tout individu et beaucoup pensent ne pas détenir le mode d’emploi pour y parvenir. Or, il est inscrit en chacun, en chaque cellule de tous les êtres ! Il ne fait défaut à personne ! Ce qui trop souvent pose problème ou question, c’est comment déchiffrer et s’abandonner aux instructions du mode d’emploi. Le mental est si bien développé, qu’il est persuadé que lui seul peut y parvenir. L’être humain a tellement appris à comprendre intellectuellement les choses qu’il en arrive à ne croire que ce qu’il peut scientifiquement démontrer et prouver ! Alors que, pour se réfugier dans la tranquillité de sa nature profonde, l’individu a besoin de se déconnecter de son intellect et de se laisser porter par l’immensité de Sa Nature Divine. Et c’est d’une simplicité déconcertante ! Tellement simple que l’intellect s’ingénie à susurrer que tout cela n’est que pure imagination !
Ne vous est-il jamais arrivé, alors que vous étiez appuyé contre une pierre ou un arbre, ou simplement allongé sur la terre ou sur une plage de subitement vous sentir absorbé par l’espace, comme si vous deveniez un atome de l’univers ? N’avez-vous jamais éprouvé ce sentiment de si grande liberté ou le temps n’existe pas, où l’espace est TOUT sans haut, ni bas, ni directions perceptibles, simplement TOUT ? Où vous avez la sensation d’être et de ne pas être tout à la fois, où la lumière est et n’est pas, où le silence est si grand qu’il devient mélodie subtile? Où tout va si vite que ça paraît inerte ? Où la séparation n’existe pas, la dualité n’est pas, où seule l’expérience de l’Eternité est vécue ? Même si cette expérience ne dure que quelques secondes, elle est si forte qu’il n’est pas possible de l’oublier un jour. Il n’est pas convenable de la mettre en doute !
Cette expérience est ce que j’appelle : se réfugier dans la tranquillité de sa nature profonde, ou se réfugier dans la Réalité où les coeurs sont unis ! Oui, la nature profonde dont nous sommes constitués est celle-là. Ce TOUT paisible, aimant, qui porte, enveloppe, constitue, nourrit, contient. Ce TOUT en devenir… ce TOUT potentiel à manifester dans la matière où nous évoluons ! Ce TOUT Lumière et Amour infini, inépuisable, indestructible, imperturbable. Ce TOUT duquel nous sommes issus, auquel nous appartenons et duquel nous ne pouvons nous séparer quand bien même, la vie éphémère que nous menons sur terre nous distrait de cette Seule Réalité !
L’extase dans le cœur, dit Rûmî, au chapitre onze du Livre du Dedans, anéantit tous les autres sens. Quand un organe obtient l’immersion, les autres se confondent en lui.

Podcast et intermède musical: Se réfugier dans la tranquillité de sa nature profonde
 

Haut de page