Archives de tags | Foi

S’envoler haut vers ses rêves

S’envoler haut vers ses rêves est une invitation divine à la réalisation des rêves enfouis, un peu fous peut-être, plus ou moins audacieux voire secrets. Les rêves que chacun émet au plus profond de son coeur, se réaliseront si les conditions nécessaires sont remplies. Pour ce faire il convient d’arrêter la procrastination, de faire confiance aux forces divines qui habitent tous les êtres, sans exceptions et de se libérer des attaches telles que peurs, doutes, jugements, croyances, sécurité du connu rassurant … et de s’en remettre pleinement, en toute vérité, en toute humilité et simplicité à la sagesse du souffle divin. S’envoler haut vers ses rêves c’est y croire; c’est se laisser porter par le souffle d’amour qui anime le coeur des êtres, c’est donner toutes ses chances à la Vie de se manifester dans toute sa grandeur et sa beauté ici, dans ce monde, maintenant ! S’envoler haut vers ses rêves, c’est tout simplement célébrer la Vie, honorer la beauté de l’amour qui anime la Vie, c’est un peu comme s’accrocher à un ballon divin qui s’élève haut jusqu’à la réalité des rêves prêts à se concrétiser.
S’envoler haut vers ses rêves, c’est faire preuve d’une foi infaillible, d’une confiance absolue aux forces qui nous guident et d’un abandon total en Dieu !
Bon envol !

Podcast et intermède musical: S’envoler haut vers ses rêves

Haut de page

Louanges à Dieu, Seigneur des mondes

Louanges à Dieu, Seigneur des mondes. J’ai, plusieurs fois déjà fait référence au chapitre No 26 du Livre du Dedans et une fois encore, j’y reviens !
A travers ce texte, Rûmî nous invite à prendre conscience de l’importance de la prière, de la foi, de la sincérité. Il nous donne plusieurs exemples pour tenter d’éveiller en nos coeurs endormis, la Sagesse !
Au sujet de la prière, « Louanges à Dieu, Seigneur des mondes » formulée en début de repas par exemple, il nous dit ceci; je cite : « cela ne signifie pas que le pain et la prospérité soient rares. Le pain et la prospérité sont illimités; mais l’appétit a disparu, et les invités sont rassasiés. On dit « Louanges à Dieu » parce que ce pain, cette prospérité ne ressemblent pas à celle de ce monde, car tu peux bénéficier du pain et de la prospérité de ce monde sans avoir d’appétit. Tu peux, en te forçant, manger tout ce que tu veux. A l’inverse de cette prospérité divine qu’est la sagesse, qui est une prospérité vivante : tant que tu as de l’appétit et que tu témoignes d’un désir parfait, elle vient vers toi et devient ta nourriture. Quand l’appétit et le désirs s’en vont, tu ne peux en manger ni l’attirer même en te forçant. Elle se cache sous un voile et ne se montre pas.  »
Ce qui nous est dit ici, c’est que ce monde n’est pas la Réalité. Ce n’est pas parce que nous le voyons et qu’il est tangible que nous devons nous identifier à lui. Ce n’est pas parce que nous mangeons des aliments visibles et tangibles que ce sont d’eux que nous tirons notre subsistance !
C’est bien de Dieu, que nous tirons la Vie. La véritable nourriture nous vient de Lui, Dieu, Seigneur des mondes visibles et invisibles ! Je dirais qu’il devient de ce fait, impératif ou nécessaire, de prendre conscience en nos coeurs, en nos fibres, que notre véritable nourriture n’est pas celle à laquelle nous nous attachons, celle à laquelle nous accordons tant d’importance ! Non ! La véritable nourriture, le véritable appétit est celui qui nous vient de Lui !
Le prodige, dit encore Rûmî, est ce qui transporte d’un état inférieur à un état supérieur; de l’état inanimé à l’état vivant !
Est-il suffisant de se croire vivant parce que nous mangeons ? Ne serait-ce pas plutôt important de se sentir en Vie parce que Dieu nous rend vivants ?
Louanges à Dieu, Seigneur des mondes !

Podcast et intermède musical: Louange à Dieu, Seigneur des mondes

Haut de page

La voie invisible

Au cours de sa vie, durant de nombreuses années l’individu croit qu’il est maître de ses pensées, de son destin, de ses actions. Il se sent invincible parfois, arrogant par moment, persuadé qu’il a tout compris de la vie et que les « anciens » eux, n’ont décidément rien compris ! La vie se déroule ainsi jusqu’au jour où les choses, les événements changent. Que la maladie, un accident, un licenciement, un deuil survient…. Jusqu’au jour où la vie se fait entendre… où la voie invisible transparaît dans le monde matériel et effleure la conscience de l’individu. Ce jour-là, il comprend qu’il ne décide, en définitive, de rien et qu’il n’est pas maître à bord ! Il l’entend, mais ne l’accepte pas forcément, ne le reconnais pas forcément, pas ouvertement en tous les cas. Les tourments s’éveillent alors, la peur se fait sentir, devient palpable. L’incertitude grandit et peut-être débute alors l’inévitable question : La voie invisible existe-t-elle ? Est-ce Elle qui détient le pouvoir sur le monde ? Est-ce Elle qui me gouverne ?
Combien d’individus arrivent aux portes de la mort, pris par l’angoisse et les tourments ? Combien aimeraient pouvoir changer le cours de leur histoire ou au moins certains événements de leur histoire ? Le passé est derrière et ne peut plus être changé, alors que le présent, lui, est là et peut être vécu pleinement, dans l’amour de la Grande Félicité, avec humilité et gratitude et permettre alors à la voie invisible de prendre forme. Permettre à la Vie de guérir le coeur endurci et l’orgueil, d’apaiser les colères enfouies et les rancunes et d’ouvrir les bras à la divine Sagesse.
Il n’est jamais trop tard pour s’abandonner au décret divin, pour reconnaitre la présence de la voie invisible à travers tous les actes posés. Il n’est jamais trop tard pour cesser la lutte inutile contre les mystères de la Vie qui nous échappent ni pour découvrir le sens de la Foi et s’y consacrer.
La voie invisible est bel et bien là, réelle, au-delà de notre imagination et de notre entendement.

Podcast et intermède musical: La voie invisible

Haut de page

Tranquilliser l’esprit génère la paix

Tranquilliser l’esprit génère la paix parce que la nature profonde de l’homme est paisible, aimante, compatissante à l’image de la quiétude de la Grande Félicité. Comment se fait-il alors que l’homme puisse vivre avec un esprit tellement agité, tourmenté, perturbé au point d’oublier que la tranquillité est en lui ? Cela fait des millénaires que l’homme vit pour conquérir… posséder plus … détenir le pouvoir sur d’autres êtres humains … sur d’autres nations … des millénaires de combats sanglants, de guerres, de destructions irrationnelles, de violences …. sans résultats concluants …! Des millénaires sans se souvenir des efforts inutiles des ancêtres, des vies sacrifiées pour la gloires de quelques hommes dit « forts » ! Des millénaires de souffrances, de rancunes, de haine …
Il y a eu, certes, durant ces millénaires des poignées d’hommes et de femmes hors du commun, des êtres simples, de grande sagesse, de grande bravoure qui ont oeuvré à maintenir le calme et la tranquillité dans leurs coeurs et leurs esprits à travers leurs actes et leurs paroles. Des poignées d’êtres à démontrer que l’amour et la foi sont plus forts que la haine parce qu’ils encouragent la vie et ne la détruisent pas ! Des poignées de « braves » pacifiques qui ne se révoltaient pas, qui restaient simplement là à accomplir leurs tâches le coeur tranquille et la paix dans l’âme.
Aujourd’hui, avons-nous le choix de vivre dans la haine ou dans la paix ? Avons-nous le choix de servir la guerre ou d’oeuvrer pour la paix ? Avons-nous le choix de bannir ou d’accueillir ? Oui ! Aujourd’hui tout autant que n’importe quand, nous avons le choix de nous identifier à la violence, à la haine ou à la peur OU de nous retirer dans notre véritable nature profonde : la paix et la tranquillité, l’amour et la compassion. Oui nous avons le choix !
Tranquilliser l’esprit génère la paix si nous prenons le temps :
– de nous retirer dans le silence du coeur
– d’accueillir la Vie en nous, quelles que soient les conditions de vie à l’extérieur
– d’arrêter tout jugement et toute attente sur ce qui se passe à l’extérieur
– d’être confiant qu’il y a un Ordre divin qui nous échappe et qui pourtant, nous guide
Aussi longtemps qu’il y aura des hommes et des femmes qui oeuvrent à la tranquillité de l’esprit il y aura de l’espoir à la paix entre les peuples.

Podcast et intermède musical: Tranquilliser l’esprit génère la paix

Haut de page

L’envie agit telle de la glu

  1. Shemsi Husser 4:43

Haut de page